Excel Gold Mining: l'AMF poursuit quatre individus

L'arrivée d'Excel Gold Mining à Notre-Dame-de-Montauban avait pourtant... (Photo: Stéphane Lessard Le Nouvelliste)

Agrandir

L'arrivée d'Excel Gold Mining à Notre-Dame-de-Montauban avait pourtant ravivé beaucoup d'espoir auprès de la population.

Photo: Stéphane Lessard Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Nancy Massicotte
Nancy Massicotte
Le Nouvelliste

(TROIS-RIVIÈRES) L'Autorité des marchés financiers intente une poursuite pénale contre quatre individus en lien avec le projet de relance d'une mine d'or à Notre-Dame-de-Montauban par le biais de l'entreprise Excel Gold Mining.

Serge Ollu, Michel Demontigny, Patrick Lessard et Yannick Lessard font face à dix chefs d'accusation pour manipulation du marché, c'est-à-dire d'avoir influencé ou tenté d'influencer le cours ou la valeur des actions de la société Excel Gold Mining, d'avoir transmis des fausses informations et d'avoir fait des placements illégaux. Plus précisément, on accuse MM. Ollu et Demontigny de concertation pour manipulation de marché, de manipulation de marché et de transmission d'informations fausses ou trompeuses. Ces deux hommes ont tous les deux agi comme consultants pour la société. Notons que Demontigny aurait par ailleurs des liens avec le crime organisé.

Pour sa part, Patrick Lessard, un administrateur et le vice-président de la société, doit faire face à un chef de transmission d'informations fausses ou trompeuses et de manipulation de marché. Quant à Yannick Lessard, il est accusé de placement illégal et de manipulation de marché.

C'est depuis 2011 que ces individus et leur société étaient sous la loupe de l'Autorité des marchés financiers (AMF), soit l'organisme de réglementation et d'encadrement du secteur financier au Québec. Ils étaient en effet soupçonnés d'avoir pratiqué du «pump and dump», une opération consistant à doper artificiellement un titre pour empocher les profits. Dans un texte du Nouvelliste publié le 2 août 2011, on y apprenait que l'AMF avait notamment découvert un document donnant la marche à suivre pour manipuler en trois mois le titre d'Excel Gold Mining. Dès lors, on n'excluait pas la possibilité qu'une opération de relations publiques avait été mise en place pour faire croire que la mine était prometteuse.

On sait que l'entreprise déclarait exercer ses activités dans le domaine de services de la prospection et de relevés géophysiques et géodésiques, plus précisément d'explorations minières. Excel Gold Mining a d'ailleurs été listée sur la Bourse de croissance TSX sous le symbole EGM.

En 2009, elle avait donné le feu vert au forage de plusieurs sites afin d'en évaluer le potentiel d'exploitation minière. Dès lors, tous les espoirs étaient permis à Notre-Dame-du-Montauban. Excel Gold Mining se disait convaincue qu'une quantité d'or importante se trouvait sur place. On pensait créer de 10 à 30 emplois.

Deux ans plus tard, la société se disait plus optimiste que jamais et envisageait même trois scénarios pour son projet minier. Finalement, le titre de la société a été retiré de la Bourse en octobre 2012.

Selon la loi sur les valeurs mobilières, les peines maximales prévues pour ce type d'infractions sont de cinq ans. Des amendes peuvent être aussi imposées.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer