Triple meurtre à Trois-Rivières: le second accusé veut plaider coupable

Le deuxième adolescent accusé du triple meurtre de... (Photo: François Gervais Le Nouvelliste)

Agrandir

Le deuxième adolescent accusé du triple meurtre de la rue Sicard à Trois-Rivières devrait plaider coupable le 26 juin.

Photo: François Gervais Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Nancy Massicotte
Nancy Massicotte
Le Nouvelliste

Le second jeune homme, impliqué dans le triple meurtre de la rue Sicard à Trois-Rivières, entend finalement renoncer à la tenue d'un procès afin de plaider coupable aux accusations portées contre lui.

C'est du moins ce qu'a annoncé, jeudi, son avocat Me René Duval au stade d'une conférence préparatoire qui devait avoir lieu en prévision du procès. «Mon client va plaider coupable le 26 juin, ce qui évitera la tenue d'un procès. Toutefois, je ne suis pas en mesure de dire les raisons qui ont motivé cette décision puisqu'elle fait suite à des discussions confidentielles tenues entre lui et moi», a précisé Me Duval jeudi matin.

Le jeune homme de 18 ans (il en avait 17 au moment du drame) est accusé de meurtres prémédités et de complots pour meurtres en lien avec l'assassinat de deux soeurs et de l'ami de coeur de la plus jeune le 11 février 2014 dans le secteur Trois-Rivières-Ouest. Contrairement à son complice qui avait plaidé coupable au début des procédures judiciaires en juin dernier, ce jeune prévenu avait jusque-là maintenu un plaidoyer de non-culpabilité et avait demandé de subir un procès devant juge et jury. Les procédures devaient débuter le 13 octobre avec la sélection du jury. Le procès devrait durer un mois environ et une trentaine de personnes auraient été appelées à témoigner.

Lors de son retour devant la Cour supérieure le 26 juin, il devrait donc enregistrer son plaidoyer de culpabilité. Au dire du procureur aux poursuites criminelles et pénales Me Hippolite Brin, des rapports prédécisionnel et psychiatrique seront  alors demandés. «Le dossier sera ensuite remis à une autre date. Tout comme dans le cas de son complice, nous allons déposer une requête en assujettissement afin qu'il puisse purger une peine pour adultes et non pour mineurs», a-t-il confirmé.

On sait que l'autre prévenu, maintenant âgé de 17 ans, a enregistré des plaidoyers de culpabilité aux accusations de meurtre et de complot. Dans son cas, les plaidoiries sur sentence, assorties de la requête en assujettissement, débuteront le 29 juin et pourraient s'étendre sur trois semaines. Dans le cas de meurtre au premier degré, la peine imposée est la prison à perpétuité. Toutefois, un mineur peut être éligible à une libération conditionnelle après 10 ans alors qu'un adulte le sera après 25 ans.

Rappelons que le matin du 11 février 2014, trois jeunes vies avaient été fauchées sans raison. Deux soeurs, 22 et 17 ans, et l'amoureux de la plus jeune d'entre elles, 17 ans, avaient été froidement assassinés par balles. Les deux présumés meurtriers n'avaient que 16 et 17 ans. Une histoire de coeur serait à l'origine du drame.

En fait, le plus jeune des tueurs (celui qui a plaidé coupable en juin 2014) se disait amoureux de l'une des soeurs alors que celle-ci n'était pas intéressée par lui. Lors de l'arrivée des policiers au domicile des deux soeurs, les deux présumés meurtriers étaient sur place. Ils s'étaient rapidement rendus sans offrir de résistance.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer