Agression d'une infirmière: un individu de 21 ans est accusé

Un homme de 21 ans de La Tuque a été arrêté, jeudi dernier, en lien avec... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Audrey Tremblay
Le Nouvelliste

(LA TUQUE) Un homme de 21 ans de La Tuque a été arrêté, jeudi dernier, en lien avec l'agression d'une infirmière à l'hôpital de La Tuque. Jonathan Jackson, un patient de l'établissement, a comparu relativement à des voies de fait causant des lésions survenues le 4 mai 2015. Il est également accusé d'avoir proféré des menaces de mort.

L'individu a comparu devant le juge au palais de justice de Shawinigan le 28 mai dernier, il subit présentement une évaluation psychiatrique sur sa responsabilité criminelle. Il reviendra devant le juge le 26 juin prochain pour la suite des procédures.

Rappelons que l'agression, survenue dans l'aile psychiatrique, avait soulevé plusieurs réactions. Le syndicat avait vivement dénoncé la situation en pointant du doigt les compressions du gouvernement. Il avait dénoncé que l'infirmière était seule au moment où «elle s'est carrément fait battre».

Il avait également affirmé que l'infirmière était affectée physiquement, mais également psychologiquement. Le vice-président régional de la FSSS-CSN, Claude Audy, avait souligné que le syndicat recommandait d'être deux employés en tout temps. «Ce n'est pas normal qu'il y ait une personne seule en milieu psychiatrique, quel qu'il soit, avec un client potentiellement dangereux», avait-il lancé.

Du côté du CIUSS, les dirigeants avaient refusé de commenter la situation, mais disaient prendre la situation au sérieux. Une enquête interne a d'ailleurs été ouverte au centre hospitalier.

«Il y a des recommandations qui vont suivre et on va les partager avec l'équipe. S'il y a lieu, on ajustera certaines choses ou certaines pratiques. [...] À chaque fois qu'il y a un incident, avec ou sans conséquences pour la personne, il y a une enquête interne qui se fait. On fait la lumière sur l'évènement pour éviter la récurrence», avait affirmé Audrey-Ann Milot, conseillère cadre en communications au CIUSSS Mauricie-Centre-du-Québec.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer