Agression de Louis-Étienne Leblanc dans la LHSAM: deux joueurs du Blizzard accusés au criminel

Louis-Étienne Leblanc avait notamment subi une double fracture... (PHOTO: STÉPHANE LESSARD)

Agrandir

Louis-Étienne Leblanc avait notamment subi une double fracture du visage après avoir été agressé pendant la période d'échauffement du match entre le Blizzard et le BigFoot.

PHOTO: STÉPHANE LESSARD

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Deux joueurs du Blizzard de Saint-Gabriel-de-Brandon devront répondre de leurs actes devant la justice pour avoir agressé le défenseur Louis-Étienne Leblanc, du BigFoot de Saint-Léonard-d'Aston, lors de la période d'échauffement d'un match des séries éliminatoires disputé le 14 mars dernier dans la Ligue de hockey senior A de la Mauricie.

Philippe Mailhot, du Blizzard de Saint-Gabriel-de-Brandon, sera accusé... (Photo: Facebook) - image 1.0

Agrandir

Philippe Mailhot, du Blizzard de Saint-Gabriel-de-Brandon, sera accusé de voies de fait graves.

Photo: Facebook

Le joueur du Blizzard Kevin Talbot sera également... (Photo: Sandra Charette, photographe) - image 1.1

Agrandir

Le joueur du Blizzard Kevin Talbot sera également accusé au criminel.

Photo: Sandra Charette, photographe

Philippe Mailhot et Kevin Talbot ont en effet été accusés de voies de fait graves par le Directeur des poursuites criminelles et pénales, a appris Le Nouvelliste. Les deux accusés doivent comparaître au palais de justice de Joliette respectivement les 9 et 16 juin.

Rappelons que le 14 mars, lors du quatrième match de la série opposant le Blizzard au BigFoot, la période d'échauffement avait dégénéré à l'aréna de Saint-Gabriel-de-Brandon.

Pendant la mêlée générale, Louis-Étienne Leblanc avait été sauvagement attaqué. Après avoir reçu un coup de poing sournois, il s'était effondré sur la surface de jeu, faisant craindre le pire. Transporté à l'hôpital en ambulance, le hockeyeur s'en était finalement tiré avec une double fracture du visage qui avait nécessité une délicate opération de cinq heures.

Vendredi, Louis-Étienne Leblanc a préféré ne pas commenter le dépôt d'accusations criminelles contre ses agresseurs. Depuis son domicile, il tente toujours de se rétablir de la double fracture au visage. Plus de deux mois après les incidents, il doit encore négocier avec une douleur omniprésente.

Selon le rapport des officiels, le soir du 14 mars, c'est Kevin Talbot qui aurait d'abord traversé la ligne rouge centrale pour aller asséner un double-échec au visage d'un joueur du BigFoot. Puis, de nombreuses sources pointaient du doigt Mailhot comme étant celui ayant asséné un coup de poing sournois au visage de Leblanc alors que celui-ci ne le voyait pas venir.

Ainsi, le 9 juin, Mailhot devra répondre à des accusations «d'avoir commis des voies de fait graves contre Louis-Étienne Leblanc en le blessant, le mutilant, le défigurant», peut-on lire dans l'acte d'accusations.

Puis, le 16 juin Talbot devra à son tour répondre à des accusations de s'être «livré à des voies de fait contre Louis-Étienne Leblanc alors qu'il utilisait une arme.»

Événements en séries

Depuis les incidents, le Blizzard de Saint-Gabriel-de-Brandon a notamment été expulsé de la LHSAM à la suite d'un vote unanime des gouverneurs. De plus, Philippe Mailhot ainsi que le propriétaire, directeur général et entraîneur, Pierre-Luc Payette, ont été bannis à vie du circuit Beauchamp.

La formation de Lanaudière a ensuite répliqué en déposant une poursuite contre la ligue et ses dirigeants. Quelques jours plus tôt, le Blizzard avait également émis le souhait de réintégrer les activités de la LHSAM l'automne prochain. Une demande qui avait été aussitôt repoussée du revers de la main par la direction du circuit senior A mauricien.

Contacté par Le Nouvelliste vendredi, le BigFoot de Saint-Léonard-d'Aston a préféré ne pas émettre de commentaires, soulignant qu'il s'en remettait au processus judiciaire en cours et qu'il concentrait ses énergies à supporter Louis-Étienne Leblanc dans sa récupération.

Du côté de la LHSAM, il a été impossible de recueillir les propos du président Alain Beauchamp en lien avec les accusations ayant été déposées par le procureur de la Couronne au dossier, Me Mathieu Locas.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer