Pornographie juvénile: deux hommes de la Mauricie plaident coupable

Deux résidents de la Mauricie ont plaidé coupable,... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Deux résidents de la Mauricie ont plaidé coupable, mercredi, à des accusations en lien avec du matériel de pornographie juvénile. Leur sentence a été reportée au 24 novembre.

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Nancy Massicotte
Nancy Massicotte
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Deux individus de la Mauricie ont plaidé coupable, mercredi, à des accusations en lien avec du matériel de pornographie juvénile. Leur sentence a été reportée au 24 novembre.

Il s'agit de Denis Godin, 57 ans de Maskinongé et de Normand Grimard, 63 ans, de Trois-Rivières.

Dans le cas de Denis Godin, ce dernier a admis avoir possédé, accédé, rendu accessible et produit de la pornographie juvénile en mars et mai 2014.

La procureure de la Couronne, Me Catherine Lemay, a raconté au tribunal que ses délits avaient été repérés par l'Équipe d'enquête sur l'exploitation sexuelle des enfants sur Internet de la Sûreté du Québec. Entre le 19 mars et le 22 mars 2014, l'individu avait notamment partagé 13 fichiers de pornographie juvénile.

Lors d'une perquisition qui a été effectuée le 14 mai à sa résidence de Maskinongé, les policiers ont saisi sept ordinateurs, une vingtaine de disques durs externes et plusieurs CD ainsi que des DVD. L'extraction des données a révélé que les DVD contenaient notamment 6689 fichiers images mettant en scène des fillettes âgées entre 2 et 12 ans ayant des rapports sexuels avec des adultes ou montrant leurs parties intimes. Les policiers ont aussi retrouvé 300 fichiers vidéos qui mettaient en scène des fillettes et des garçons cette fois-ci ayant des rapports sexuels allant jusqu'aux relations complètes.

À la suite du plaidoyer de culpabilité devant la juge Guylaine Tremblay, son avocat Me Jules Ricard a demandé la confection de rapports présentenciel et sexologique. La sentence a été reportée au 24 novembre.

En ce qui concerne Normand Grimard, ce dernier a plaidé coupable à deux chefs de possession de pornographie juvénile pour des événements du 30 janvier 2012 et du 14 mars 2013 et à un troisième chef, soit celui d'avoir rendu accessible ce matériel illicite le 30 janvier 2012. Toutefois, les accusations qui, au départ, avaient été portées sur acte criminel ont été réduites au niveau de l'infraction sommaire, ce qui diminue la gravité de la sentence en bout de ligne.

C'est un agent du FBI qui l'avait repéré en faisant de l'infiltration virtuelle. Il avait notamment constaté que des individus rendaient accessibles de la pornographie juvénile sur Internet, dont Normand Grimard qui avait partagé 285 images impliquant des enfants et de même des nourrissons en janvier 2012. Puis, en mars 2013, une frappe policière avait eu lieu à son domicile: environ 70 fichiers de pornographie juvénile avaient été retrouvés.

Encore là, son avocat Me Simon Ricard a demandé la confection de rapports présentenciel et sexologique. Normand Grimard reviendra en cour le 24 novembre pour la sentence.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer