Sentence reportée pour Vincent Bouchard

Vincent Bouchard... (Photo: Archives, Le Nouvelliste, François Gervais)

Agrandir

Vincent Bouchard

Photo: Archives, Le Nouvelliste, François Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Nancy Massicotte
Nancy Massicotte
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) C'est le 30 septembre que Vincent Bouchard, cet ex-entraîneur de football du Complexe sportif Alphonse-Desjardins et de l'Académie Les Estacades, connaîtra sa sentence en lien avec de la pornographie juvénile.

Jeudi, lors de son retour en cour au palais de justice de Joliette, son avocat, Me Eddy Ménard, a en effet demandé de reporter la sentence à l'automne. Même chose en ce qui concerne Sonia Boivin, sa complice.

Cependant, le tribunal a été informé qu'à cette date, une suggestion commune de sentence lui sera soumise par les parties. Rappelons que la peine minimale est de 90 jours de prison pour ce type d'infractions lorsqu'elles sont portées par voie sommaire.

En novembre dernier, Bouchard avait en effet plaidé coupable à des accusations réduites de pornographie juvénile. Il avait admis avoir produit et distribué du matériel de pornographie juvénile et d'avoir comploté pour commettre un leurre avec Sonia Boivin, une ex-enseignante de Notre-Dame-des-Prairies entre septembre 2011 et octobre 2011, à Trois-Rivières et à Joliette.

Les chefs qui, au départ, avaient été portés sur acte criminel, ont été réduits à la catégorie voie sommaire, de sorte que la peine minimale passe d'un an de prison à trois mois.

Vincent Bouchard avait eu des conversations compromettantes sur les réseaux sociaux avec Sonia Boivin mettant en scène des personnes mineures. Il avait même créé des personnages fictifs, dont celui d'une jeune fille de 12 ans. La preuve a révélé que les conversations que Mme Boivin a eues avec cette fausse jeune fille - Bouchard en l'occurrence - étaient également à connotation sexuelle au point où Mme Boivin lui avait même demandé de la rencontrer afin d'aller plus loin dans leurs «échanges sexuels.»

Aucune photo ou vidéo de pornographie juvénile n'avait cependant été retrouvée dans les ordinateurs de Vincent Bouchard et Sonia Boivin.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer