Six mois de prison pour Lucien Normand

Lucien Normand a écopé, hier, d'une peine de six mois de prison pour avoir pris... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Nancy Massicotte
Nancy Massicotte
Le Nouvelliste

(TROIS-RIVIÈRES) Lucien Normand a écopé, mardi, d'une peine de six mois de prison pour avoir pris part à un complot visant à poignarder un homme et pour des méfaits en ayant endommagé un véhicule et avoir faussement amené les policiers à entreprendre une enquête.

Toutefois, comme il a deux mois de détention provisoire à son actif, qui ont été calculés à temps et demi, il lui reste trois mois à purger. Le juge Jacques Trudel l'a autorisé à purger sa peine de façon discontinue les week-ends afin qu'il poursuive sa formation la semaine visant à acquérir une certaine autonomie de vie et à se dénicher un travail. Lucien Normand sera également sous probation pendant trois ans, dont deux ans avec suivi.

Rappelons que la police avait déjoué en septembre 2013 un complot pour meurtre en arrêtant Lucien Normand, Roxanne Lafleur et Marie-Élaine Naud. Dans cette «histoire très particulière» (pour reprendre les mots du juge), Roxanne Lafleur et Lucien Normand, deux personnes vulnérables, avaient été fortement influencées par Marie-Élaine Naud, une femme avec des antécédents judiciaires.

Cette dernière avait donc réussi à convaincre Roxanne Lafleur de tuer un homme de 48 ans. Il est vrai que celui-ci avait une relation pour le moins bizarre avec Roxanne Lafleur. Il avait notamment tenté de se livrer à un exorcisme sur elle croyant qu'elle était possédée. Qui plus est, Roxanne Lafleur disait avoir été abusée par cet homme.

C'est ainsi que le 29 septembre, Roxanne Lafleur avait convaincu son petit ami de l'époque, Lucien Normand, d'embarquer dans ce plan machiavélique qui consistait à le poignarder mais en cours de route, ils avaient plutôt crevé les pneus de sa voiture. Mardi, dans le cadre des plaidoiries sur la peine, on a pu apprendre que c'est Lucien Normand qui avait convaincu sa copine de ne pas mettre son plan à exécution. «Je préférais crever un pneu que de tuer quelqu'un», a-t-il clamé.

Les deux jeunes avaient néanmoins été surpris par un cycliste. Ils avaient donc quitté les lieux. Roxanne Lafleur avait ensuite demandé à Lucien Normand de la frapper afin de faire porter le blâme sur l'homme qu'elle voulait assassiner mais son plan avait été déjoué par les policiers.

Les trois suspects avaient donc été accusés de complot pour meurtre mais ils avaient finalement plaidé coupable à une accusation réduite, soit complot pour voies de fait graves.

Dans le cas de Lucien Normand, le procureur aux poursuites criminelles et pénales, Me Julien Beauchamp-Laliberté, a réclamé une peine de 19 mois de prison, et ce, en vertu du principe de parité des sentences puisqu'il s'agit de la peine infligée à Roxanne Lafleur, moins la détention préventive.

L'avocate de la défense, Me Jocelyne Duplessis, a plutôt suggéré le temps déjà fait en préventif, soit trois mois.

Le juge a pour sa part rappelé que chaque cas est individuel. Selon lui, la participation de Lucien Normand est différente de celle de Roxanne Lafleur tant dans l'intention générale que dans les faits, d'où la peine de six mois. Il a aussi tenu compte de sa déficience intellectuelle légère, de son profil peu criminalisé et de ses efforts pour pouvoir mener une vie normale.

Notons que Marie-Élaine Naud avait pour sa part écopé en octobre dernier d'une peine totale de 38 mois de prison pour ce complot mais aussi une série de fraudes commises envers des personnes âgées. Sa détention provisoire de 20 mois avait aussi été soustraite.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer