Couple disparu à Saint-Stanislas: la voiture et le corps de l'homme repêchés dans la rivière des Envies

Les plongeurs de la Sûreté du Québec ont... (Photo: FRANÇOIS GERVAIS)

Agrandir

Les plongeurs de la Sûreté du Québec ont repêché la voiture de Marcel Pronovost et Jacqueline Melançon de Saint-Stanislas dans la rivière des Envies, en début de soirée vendredi.

Photo: FRANÇOIS GERVAIS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Olivier Gamelin
Le Nouvelliste

(Saint-Stanislas) Le sens de l'observation de Michel Massicotte aura permis aux enquêteurs de la Sûreté du Québec de retrouver le véhicule de Marcel Pronovost, 76 ans, et de sa conjointe Jacqueline Melançon, 69 ans, dont la famille était sans nouvelle depuis le 11 mai dernier. L'automobile de M. Pronovost a été repêchée dans la rivière aux Envies, vendredi à 19 h, à l'intérieur de laquelle se trouvait, malheureusement, le corps de l'homme, aussitôt identifié par un membre de la famille. Sa conjointe manque toujours à l'appel.

Marcel Pronovost, 76 ans, et Jacqueline Melançon, 69... - image 1.0

Agrandir

Marcel Pronovost, 76 ans, et Jacqueline Melançon, 69 ans, ont été vus pour la dernière fois lundi dernier vers midi.

Une vingtaine de policiers ont ratissé toute la journée de vendredi un vaste périmètre entre le secteur de Saint-Stanislas et la Ville de Saint-Tite, afin de dénicher des indices qui les mèneraient sur la trace du couple disparu. Épaulés par un hélicoptère, des véhicules tout-terrains, une embarcation nautique et des patrouilleurs, les policiers ont ainsi étendu les recherches jusqu'à ce qu'un voisin note un détail dans la végétation qui a attiré toute l'attention des policiers. 

Vers 13 h, le voisin du couple, Michel Massicotte, remarqua qu'en bordure de la rivière des Envies, à quelques mètres à peine de la résidence du couple, des traces fraîches de roue menant à la rivière, ainsi que des branches d'arbre cassées laissaient entrevoir ce qu'il redoutait depuis quelques jours. Aussitôt alertés, les policiers ont érigé un périmètre de sécurité sur le rang de la Rivière-des-Envies. Une équipe de plongeurs et de spécialistes en identité judiciaire est débarquée sur place vers 17 h.

Ainsi, deux heures plus tard, le véhicule de marque Chevrolet Cavalier de couleur bleue était extirpé des eaux brunâtres de la rivière des Envies. Les deux fenêtres avant étaient ouvertes. «Le véhicule des disparus a été retrouvé et repêché. À l'intérieur, il y avait le corps d'une personne inanimée. Les recherches se poursuivront pour trouver l'autre personne», a confirmé le porte-parole de la Sûreté du Québec, Hugo Fournier.

L'acuité de M. Massicotte aura porté ses funestes fruits. L'homme, qui partage le voisinage avec le couple depuis plus de quinze ans, craignait depuis plusieurs jours la découverte que les plongeurs de la Sûreté du Québec ont faite vendredi. Lundi passé, alors que la pluie et le vent faisaient des siennes, il avait cru entendre crier entre les branches des «au secours», cris de détresse provenant de la rivière. Mais comme des travailleurs forestiers s'affairaient non loin de là, et que le bruit des scies à chaîne avait repris de plus belle, il n'y a pas porté davantage attention, jusqu'à ce qu'il prenne acte que ses voisins manquaient à l'appel.

Apprenant que le couple avait été retrouvé dans la rivière qui coule quasiment dans sa cour, M. Massicotte a accueilli la nouvelle avec énormément de tristesse. Non seulement connaissait-il le couple de longue date, mais qui plus est, il admet que le mauvais sort s'acharnait depuis plusieurs années sur ses voisins de rang, de prime abord sans histoire. Entre autres, la qualité de vie de M. Pronovost, en rémission d'un cancer, s'était passablement détériorée à la suite de la maladie.

«C'était un gars que la vie n'avait pas gâté. Il avait beau se sortir du trou, il lui arrivait toujours quelque chose pour le recaler. Il ne méritait pas de finir comme ça. C'était du bon monde, ils ne méritaient pas ça. Lui était bien disponible, il avait un grand coeur, mais quand le malheur s'accroche...», laisse tomber M. Massicotte en portant un regard songeur vers la rivière.

Les recherches pour retrouver Mme Melançon reprendront samedi. Les plongeurs de la Sûreté du Québec concentreront leurs efforts sur les berges et le nid de la rivière des Envies. À cet endroit précis, soit sous l'ancien pont ferroviaire, l'eau est très profonde, une vingtaine de pieds environ, brunâtre et opaque, ce qui rend les recherches très difficiles. Pour l'heure, les enquêteurs ne privilégient aucune hypothèse pour expliquer les causes de cet accident. Une autopsie sera effectuée sur le corps de la victime.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer