Saisie de plus de 4000 plants de cannabis: l'accusé détenait un permis de Santé Canada

Une grande serre de cannabis a été découverte... (Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Une grande serre de cannabis a été découverte dans cette grange.

Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Aston-Jonction) Le détenteur d'un permis de Santé Canada pour produire de la marijuana thérapeutique a été arrêté par la Sûreté du Québec, mercredi matin, aux limites de Saint-Wenceslas et Aston-Jonction. Il avait un permis pour 49 plants. Le hic, c'est qu'il en cultivait environ 4400 dans ce que les policiers ont qualifié de véritable «usine» de stupéfiants. La serre qui se trouvait au deuxième étage d'une grange du 9e Rang se distinguait tant par sa superficie ainsi que par la quantité de plants qu'elle contenait.

«Un permis de Santé Canada lui autorisait à produire 49 plants. Ils se trouvaient au rez-de-chaussée de la grange. Mais les 4400 autres n'étaient pas prévus au contrat. D'ailleurs, les 4400 plants étaient entretenus avec beaucoup plus de soins que les autres», note la sergente Éloïse Cossette, porte-parole de la Sûreté du Québec.

Francis Paquet, 36 ans, est accusé d'avoir produit du cannabis entre le 1er janvier 2013 et le 13 mai 2015, de possession de cannabis pour fin de trafic et de vol d'électricité. Il n'était pas connu des policiers. Sa conjointe, de 41 ans, a également été arrêtée à Victoriaville. Elle a été libérée sur promesse de comparaître. 

Tout le deuxième étage de la  grange d'une longueur d'environ 55 mètres était occupé par la serre de cannabis. Il était possible d'y accéder par une petite trappe. «Le haut de la grange au complet avait été aménagé. Il y avait six salles de production. On y trouvait des petites boutures et des plants matures. Il y en avait de toutes les sortes. Quatre mille quatre cents plants, c'est beaucoup pour un seul endroit. La serre avait vraiment une bonne capacité de production», décrit Mme Cossette. «C'était vraiment installé comme une usine pour faire de la production à grande échelle». ajoute-t-elle.

Pas moins de 102 lampes ont été saisies dans la serre par les policiers. De plus, celui ou ceux qui étaient en charge de ces installations gardaient un oeil constant sur les environs grâce à des caméras de surveillance. Trois chiens se trouvaient aussi sur place, sans doute pour dissuader les curieux.

Cette enquête a débuté à la fin du mois de mars. C'est une information du public qui a mis les policiers sur cette piste. Une quinzaine de policiers ont pris part à cette perquisition .

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer