Collision frontale sur la 155: un homme de 78 ans perd la vie

Une voiture et un semi-remorque sont entrés en... (Photo: François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Une voiture et un semi-remorque sont entrés en collision sur la route 155.

Photo: François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Grandes-Piles) Une collision frontale impliquant un poids lourd et une voiture a causé la mort d'un septuagénaire, vers 9 h 45, mercredi, dans une courbe de la route 155, à la hauteur de Grandes-Piles.

À la suite de l'impact, le semi-remorque, qui... (Photo: François Gervais, Le Nouvelliste) - image 1.0

Agrandir

À la suite de l'impact, le semi-remorque, qui transportait des rouleaux d'acier, s'est renversé sur le côté. 

Photo: François Gervais, Le Nouvelliste

«L'automobiliste de 78 ans a dévié de sa voie. Il s'est retrouvé dans la voie inverse et il y a eu collision frontale avec un camion lourd», explique la sergente Éloïse Cossette, porte-parole de la Sûreté du Québec.

L'automobiliste décédé dans l'accident est Simon Sirois, du secteur Grand-Mère, à Shawinigan. À la suite de l'impact, le semi-remorque, qui transportait des rouleaux d'acier, s'est renversé sur le côté. Le camionneur a subi des blessures qui ont nécessité son transport à l'hôpital de Trois-Rivières. On ne craint toutefois pas pour sa vie. Il a également subi un choc nerveux.

Le photographe du Nouvelliste, François Gervais, se dirigeait vers la pépinière de Grandes-Piles lorsqu'il a vu le véhicule lourd se renverser sur l'accotement. «Je n'ai pas été témoin de l'impact. Je suis arrivé une demi-seconde après, quand le camion a viré sur le côté et s'est ramassé dans l'accotement. Ma première réaction a été de faire le 9-1-1», raconte-t-il.

Au départ, il n'a pas vu l'autre voiture et il croyait que le poids lourd avait simplement mal négocié la courbe. Il s'est dirigé vers le camionneur pour lui venir en aide. En raison de la position de son semi-remorque, le camionneur a dû sortir de sa cabine par une fenêtre.

«Je voyais du carburant couler du camion. J'avais peur que ça prenne en feu. J'étais content que le conducteur réussisse à sortir rapidement», note M. Gervais. «Ses premiers mots étaient vraiment: ''est-ce que le monsieur est correct, est-ce qu'il est correct''», ajoute-t-il.

Toujours en ligne avec le 9-1-1, M. Gervais s'est dirigé vers la voiture accidentée. Une infirmière était déjà sur place. Elle a pratiqué un massage cardiaque sur la victime jusqu'à ce que les ambulanciers arrivent. Le septuagénaire était inconscient et coincé dans son véhicule. «Il n'était pas possible d'ouvrir les portes. J'ai essayé, mais il n'y avait pas grand-chose à faire. C'était coincé», note M. Gervais.

Les secours ont d'ailleurs fait appel aux pinces de désincarcération. Le septuagénaire a ensuite été conduit à l'hôpital où on n'a pu que constater son décès. 

Face à ce drame, M. Gervais a laissé de côté son rôle de photographe en espérant pouvoir apporter le plus d'aide possible. «La caméra est restée dans la voiture jusqu'à ce que les ambulanciers et les policiers soient arrivés évidemment. La priorité était aux victimes, c'est vraiment ce qui comptait.»

La route 155 a été fermée jusqu'en soirée. Les policiers ont analysé la scène de l'accident, et ensuite il a fallu récupérer la cargaison du semi-remorque, ce qui a pris plusieurs heures. La circulation était déviée vers Saint-Tite par les routes 153 et 159. Par ailleurs, un

déversement de diesel s'est produit à la suite de la collision et le ministère de l'Environnement est intervenu.

Pour ce qui est de la cause de l'accident, différentes hypothèses sont étudiées comme la possibilité que le septuagénaire ait été victime d'un malaise ou qu'il se soit endormi.

 

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer