Les anges gardiens de Victoria honorés

La ministre Lise Thériault était en compagnie de... (Photo: François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

La ministre Lise Thériault était en compagnie de Charlène Plante, de bébé Victoria et ses parents, Mélissa McMahon et Simon Boisclair, ainsi que de Sharelle Bergeron.

Photo: François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Nicolet) Encore trop jeune pour le réaliser, la petite Victoria a tout de même vu ses quatre sauveteurs recevoir, lundi, la Citation d'honneur des mains de la ministre de la Sécurité publique, Lise Thériault. 

La petite Victoria avec trois de ses quatre... (Photo: François Gervais, Le Nouvelliste) - image 1.0

Agrandir

La petite Victoria avec trois de ses quatre sauveteurs, Mélizanne Bergeron, Charlène Plante et Sharelle Bergeron. 

Photo: François Gervais, Le Nouvelliste

La ministre de la Sécurité publique, Lise Thériault,... (Photo: François Gervais, Le Nouvelliste) - image 1.1

Agrandir

La ministre de la Sécurité publique, Lise Thériault, a tenu à prendre dans ses bras la petite Victoria.

Photo: François Gervais, Le Nouvelliste

Près d'un an après avoir vécu des heures d'angoisse à la suite de l'enlèvement de leur bébé, Mélissa McMahon et Simon Boisclair étaient heureux d'assister à cette Journée de reconnaissance policière, à l'École nationale de police de Nicolet.

«Ça nous rappelle, mais c'est plus de la joie. Nous sommes contents qu'ils aient été honorés. Le choc est passé. Il faut voir ça du côté positif», a confié la mère au terme de la cérémonie

Avant que la vice-première ministre procède à la remise des décorations, on a souligné que «grâce au civisme et au sens du devoir hors du commun de Mélizanne Bergeron, Sharelle Bergeron et Charlène Plante ainsi que de Marc‑André Côté, une nouveau-née enlevée au berceau a été ramenée à ses parents». Le jeune homme n'a toutefois pu assister à la cérémonie.

Le soir du 26 mai 2014, une alerte Amber informe la population qu'une nouveau‑née a été enlevée à la pouponnière du Centre hospitalier régional de Trois-Rivières. Grâce à la réaction rapide des agents de sécurité de l'hôpital et des policiers de la Sécurité publique de Trois-Rivières, les images captées par les caméras de surveillance sont diffusées et reprises dans les médias sociaux.

Au moment de l'événement, Marc-André Côté et Charlène Plante sont chez leurs amies, les soeurs Mélizanne et Sharelle Bergeron. Au cours de la soirée, Sharelle se connecte à Facebook et voit circuler l'information sur l'enlèvement tout récent. Elle alerte immédiatement ses trois amis et, bien vite, tous se mettent à la recherche de plus d'information sur le Web. Lorsque la description d'un véhicule suspect est publiée, tous les quatre s'entendent pour se diriger vers l'hôpital sans délai pour ratisser les environs.

Pendant que ses amis conduisent et scrutent les alentours, Mélizanne suit en direct les dernières informations grâce à son téléphone. Quand elle voit une photographie de la suspecte, elle la montre à ses compagnons. Charlène et Sharelle reconnaissent alors la femme. Mieux encore, elles savent où elle réside. Immédiatement, les quatre amis se dirigent vers l'endroit et trouvent la voiture recherchée.

Ils vont ensuite jusqu'à vérifier, avec discrétion, si la suspecte se trouve dans son appartement. Dès qu'ils ont la certitude qu'il y a quelqu'un, ils en avisent les policiers. Lorsque ces derniers arrivent sur les lieux, ils sont guidés jusqu'au logement, où sera retrouvé, sain et sauf, le poupon.

«On se sent honorée», a commenté Charlène Plante. «Notre action est reconnue», a renchéri Sharelle Bergeron. «C'est là que je réalise qu'il aurait pu arriver quelque chose»,

d'ajouter sa soeur, Mélizanne Bergeron.

Si le groupe était déjà «uni pour la vie», ils auront tissé des liens avec la famille de la petite Victoria. «On se croise temps en temps dans la ville», admet la mère.

L'agent de la Sûreté du Québec, Christian Richard,... (Photo: François Gervais, Le Nouvelliste) - image 2.0

Agrandir

L'agent de la Sûreté du Québec, Christian Richard, avec sa Croix de bravoure.

Photo: François Gervais, Le Nouvelliste

D'autres médailles

Pour sa part, l'agent Christian Richard, de la Sûreté du Québec, s'est vu remettre la Croix de bravoure pour souligner le courage héroïque dont il a fait preuve le 25 octobre dernier lorsqu'il est entré dans une voiture incendiée, aux abords de l'autoroute 55, pour en sortir la conductrice.

«Je ne serais pas capable de demeurer spectateur sans rien faire. Quand tu pars travailler, ça se peut que tu aies à faire des choses difficiles», a-t-il raconté en entrevue, se disant ému d'une telle reconnaissance.

Originaire de Trois-Rivières, le lieutenant Julien Ferland a reçu une citation d'honneur pour avoir sauvé la vie d'un citoyen qui était la proie des flammes à Québec. C'est le 29 mars dernier que le policier militaire est intervenu lorsqu'un jeune homme s'est fait asperger d'essence et enflammer par un agresseur.

Par ailleurs, 24 policiers se sont vu remettre la Croix de bravoure et la Médaille pour action méritoire pour leur travail remarquable lors de divers événements, dont l'incendie de la Résidence

du Havre à l'Isle-Verte et l'accident ferroviaire survenue à Lac-Mégantic.

«Chacun de ces 29 héros a fait preuve de bravoure et de courage lors d'événements tragiques. Au nom du gouvernement et de la population, je les remercie pour leur contribution

exceptionnelle à la sécurité du public», a conclu la ministre Thériault.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer