Feux de forêt: La Mauricie a eu chaud

Les avions de la SOPFEU ont été appelés... (Photo: Émilie O'Connor)

Agrandir

Les avions de la SOPFEU ont été appelés en renfort à Saint-Boniface afin de porter main-forte aux pompiers municipaux.

Photo: Émilie O'Connor

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Olivier Gamelin
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Un incendie a fait rage, samedi en début d'après-midi, dans le restaurant Olympic pizzeria, situé au 879, 5e Avenue dans le secteur Shawinigan-Sud. Au même moment, un incendie de forêt s'est déclaré aux abords de la municipalité de Saint-Boniface. Les avions de la Société de protection des forêts contre le feu (SOPFEU) ont été demandés en renfort. Qui plus est, la SOPFEU a dû intervenir à nouveau hier, non loin de la rue de la Montagne à Shawinigan, alors que les flammes menaçaient de ravager une partie du couvert forestier.

Le restaurant Olympic pizzeria a subi de lourds... (Photo: Émilie O'Connor Le Nouvelliste) - image 1.0

Agrandir

Le restaurant Olympic pizzeria a subi de lourds dommages à la suite d'un incendie qui s'est déclaré samedi à l'arrière du bâtiment.

Photo: Émilie O'Connor Le Nouvelliste

Les avions citernes de la SOPFEU se sont... - image 1.1

Agrandir

Les avions citernes de la SOPFEU se sont ravitaillés dans la rivière Saint-Maurice, sous le regard attentif de nombreux curieux.

Au restaurant l'Olympic pizzeria, on ne connaît pas pour le moment l'origine des flammes, qui auraient pris naissance à l'arrière de la bâtisse. Vers 14 h 30, les vingt-cinq pompiers du Service des incendies de Shawinigan déployés sur place avaient quasiment maîtrisé le sinistre qui aurait causé d'importants dégâts. La Sûreté du Québec n'a pas eu à intervenir et aucune personne n'a été blessée.

Quant au feu de forêt à Saint-Boniface, deux avions citernes CL-215 de la SOPFEU, décollés de Québec, ont répondu à l'appel des pompiers municipaux pour leur prêter main-forte. «Le feu a une superficie de moins d'un hectare, sauf que les points d'eau sont plus difficilement accessibles pour une attaque au sol», signale la porte-parole de la SOPFEU, Josée Poitras.

D'où l'apport des avions citernes qui ont fait le plein dans la rivière Saint-Maurice à la hauteur de la Promenade du Saint-Maurice au centre-ville de Shawinigan. Tout l'après-midi, les appareils ont effectué un balai aérien observé par de nombreux citoyens. Les CL-215 ont une capacité de chargement de 5445 litres d'eau et peuvent voler à une vitesse de 290 kilomètres à l'heure.

Dimanche, l'incendie était complètement maîtrisé. «Il n'y a plus aucune possibilité qu'il s'étende ou qu'il se propage», mentionne Mme Poitras.

La SOPFEU a également mandaté une équipe au sol afin de contenir les flammes et faire le constat des dommages. «On parle d'un feu de printemps. Ce sont donc d'abord les pompiers municipaux qui sont intervenus, puis ce sont nos pompiers qui détermineront la cause de l'incendie», souligne la porte-parole de la SOPFEU.

Trois pompiers forestiers se sont donc déplacés pour procéder à l'extinction complète des flammes à l'aide d'autopompes et d'outils manuels. Pour l'heure, on estime que la main de l'homme serait responsable des premières étincelles, considérant l'absence de foudre au moment de l'incendie. Un rapport complet des pompiers forestiers sera rédigé aujourd'hui, voire demain au plus tard.

Enfin, vers 17 h 30, dimanche, deux autres avions citernes de la SOPFEU ont dû intervenir dans un boisé non loin du chemin de la Montagne à Shawinigan pour éteindre un nouveau foyer d'incendie, cette fois étendu sur un peu moins d'un hectare. Dès 18 h 15, les opérations étaient terminées, les risques contenus, le feu étouffé sous les puissantes averses des CL-215. «Comme le feu était sur le sommet d'une montagne, c'était plus difficile d'amener de l'eau. Une attaque initiale a donc été effectuée avec les avions citernes», confirme Mme Poitras.

Notons que le danger d'incendie est actuellement élevé partout en Mauricie. Au Québec, neuf brasiers forestiers sont présentement en activité. La SOPFEU appelle les citoyens à la vigilance, particulièrement lorsque vient le temps d'allumer un feu à ciel ouvert. La combustion des rebuts du printemps, inhérents au nettoyage des terrains, doit être évitée autant que possible. On recommande de toujours garder un oeil ouvert sur les flammes afin d'éviter toute propagation.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer