Procès de l'ancienne mère d'accueil: témoignage émotif de la seconde victime

La seconde présumée victime de cette ancienne mère d'accueil et de son fils,... (PHOTO D'ARCHIVES)

Agrandir

PHOTO D'ARCHIVES

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Nancy Massicotte
Nancy Massicotte
Le Nouvelliste

(TROIS-RIVIÈRES) La seconde présumée victime de cette ancienne mère d'accueil et de son fils, tous deux accusés de sévices physiques et sexuels, a livré un témoignage particulièrement émotif, vendredi, dans le cadre du procès des accusés.

À plusieurs reprises, elle est en effet tombée en larmes en racontant sa jeunesse.

«C'était ma famille! Ma mère, mon père. J'ai vécu 13 ans dans ce foyer à les appeler papa et maman. Pourquoi ils ne m'aimaient pas? Pourquoi m'ont-ils fait vivre ça? Je n'étais pas un enfant difficile pourtant», a-t-elle déploré.

À six ans, elle a en effet été placée dans cette famille d'accueil de Trois-Rivières en même temps que sa soeur aînée après avoir été retirée de son milieu familial et de son école. Sa soeur plus jeune est venue les rejoindre quelques mois plus tard.

Or, elle soutient avoir été battue à maintes reprises par sa mère d'accueil qui fait aujourd'hui l'objet d'accusations de voies de fait entre 1983 et 1986.

Elle aurait notamment été forcée de manger du savon, et ce, à plusieurs reprises parce que sa mère d'accueil l'accusait de mentir.

Selon elle, les gestes de maltraitance et les punitions excessives se sont poursuivis jusqu'à son départ à l'âge de 19 ans. Interrogée par la procureure de la Couronne, Me Martine Tessier, sur les raisons qui pouvaient expliquer qu'elle n'avait pas quitté les lieux auparavant, elle a répondu: «Parce que j'avais peur. J'ai arrêté d'avoir peur d'elle lors de l'enquête préliminaire l'année passée. J'ai aujourd'hui 47 ans», a-t-elle mentionné.

En fait, elle dit n'avoir aucun souvenir d'être partie à l'école le matin sans pleurer. D'un autre côté, elle avoue avoir aussi vécu des beaux moments dans cette famille, notamment lors de voyages et d'activités à l'extérieur.

Elle a aussi parlé des agressions sexuelles dont elle aurait été victime par le fils de cette dame entre l'âge de 12 et 16 ans.

Celui-ci fait face à des chefs de viol, d'attentat à la pudeur, de grossière indécence et d'agression sexuelle sur les deux soeurs plus âgées. Les gestes auraient été perpétrés entre 1976 et 1986.

Alors qu'il était encore mineur, il l'aurait touchée pour ensuite la forcer à se livrer à des gestes de masturbation et à des fellations. «Je n'avais pas le choix car j'avais peur de lui», a-t-elle ajouté.

Or, les abus auraient atteint leur point culminant à l'âge de 15 ans lorsqu'il l'aurait carrément violée, selon elle, au point qu'elle a eu peur de devenir enceinte. Elle a donc décidé d'en parler à sa mère d'accueil. Par la suite, les abus auraient cessé.

À 19 ans, la plaignante aurait soudainement été expulsée par sa mère d'accueil sans autre préavis.

«J'ai été battue, violée, abusée et on m'a mise dehors parce que les services sociaux arrêtaient de payer pour moi», a-t-elle lancé.

Ce n'est qu'en 2010 qu'elle a finalement décidé de porter plainte après une rencontre avec son médecin. «Ça fait 40 ans que je vis avec ça. Il faut que je me libère», a-t-elle indiqué.

Dans son témoignage, elle a d'ailleurs corroboré plusieurs éléments mentionnés précédemment par sa soeur ainée qui elle aussi aurait subi des sévices. La Couronne tente d'ailleurs de faire une preuve de faits similaires dans cette histoire.

Par contre, dans le cadre du contre-interrogatoire de la défense, certaines contradictions ont été relevées dans son témoignage.

En effet, lorsqu'elle a déclaré notamment avoir l'obligation d'être habillée jusqu'au cou, Me Simon Ricard lui a exhibé des photos d'elle en certaines occasions qui démontrent le contraire.

Puisque le procès n'est pas encore terminé (une autre semaine serait à prévoir), la cause a été ajournée au 7 mai.

À ce moment, les dates des prochaines audiences devraient être fixées.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer