Marc-Alexandre Piché envoyé à Pinel

Marc-Alexandre Piché lors de son passage au palais... (Photo: Émilie O'Connor Le Nouvelliste)

Agrandir

Marc-Alexandre Piché lors de son passage au palais de justice en novembre 2014.

Photo: Émilie O'Connor Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Nancy Massicotte
Nancy Massicotte
Le Nouvelliste

(Shawinigan -) Marc-Alexandre Piché, cet individu qui avait été arrêté en novembre dernier avec une quantité record de fichiers de pornographie juvénile, a été envoyé, jeudi, à l'Institut Philippe-Pinel afin de subir une évaluation psychiatrique.

Dans cette affaire, la Couronne veut en effet déposer une requête pour le faire déclarer délinquant à contrôler compte tenu de ses antécédents judiciaires et de la quantité de fichiers saisis à sa résidence.

Lors du retour en cour de Piché jeudi, le juge Guy Lambert l'a donc envoyé subir une évaluation. Les résultats de celle-ci guideront les parties afin de savoir s'il doit être déclaré délinquant à contrôler, ce qui implique notamment une plus grande et longue surveillance à sa sortie de prison.

Marc-Alexandre Piché, 32 ans, de Sainte-Thècle, a plaidé coupable en janvier dernier à des accusations de possession et de distribution de pornographie juvénile. On se rappelle qu'il avait été trouvé en possession de plusieurs centaines de milliers de fichiers selon la preuve soumise par la Sûreté du Québec.

Les faits qui lui sont reprochés se sont déroulés entre janvier 2010 et novembre 2014. Depuis, il doit demeurer détenu jusqu'au prononcé de sa sentence. En matière de distribution de pornographie juvénile, la peine minimale de prison est de 12 mois.

Il a également un antécédent judiciaire en semblable matière. En 2003, il avait en effet été arrêté après que la SQ eut découvert dans son ordinateur plus de 800 images de pornographie juvénile et une centaine de vidéos. Piché avait été condamné à purger une peine de 18 mois d'emprisonnement dans la collectivité et à suivre une thérapie dans un centre de transition.

Il reviendra donc devant le tribunal le 22 juin prochain. Si les rapports d'évaluation psychiatriques sont complétés, les avocats pourront alors entreprendre les plaidoiries sur la sentence.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer