Agression au marteau: Normand Jr Benoît plaide coupable

L'agression a eu lieu le 17 février 2014... (Photo: Émilie O'Connor Le Nouvelliste)

Agrandir

L'agression a eu lieu le 17 février 2014 sur la 110e Rue dans le secteur Shawinigan-Sud.

Photo: Émilie O'Connor Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Shawinigan) Normand Jr Benoît a plaidé coupable lundi au palais de justice de Shawinigan de voies de fait graves en lien avec une agression au marteau envers son ex-conjointe. L'agression est survenue le 17 février 2014 dans le secteur Shawinigan-Sud, à Shawinigan.

En plus de plaider coupable a des accusations de voies de fait graves, l'homme de 60 ans a reconnu avoir proféré des menaces de mort et de voies de fait à l'endroit d'une policière. La poursuite a toutefois déclaré l'arrêt des procédures sur le chef d'accusation de tentative de meurtre. Benoît sera de retour en cour le 22 mai prochain pour recevoir sa sentence. D'ici là, il demeure détenu.

Rappelons que Normand Jr Benoît a violemment frappé son ex-conjointe à la tête avec un marteau dans son logement de la 110e Rue, dans le secteur Shawinigan-Sud, à la suite d'une rupture amoureuse. Benoît aurait asséné à la femme une trentaine de coups. La victime a réussi par la suite à sortir du logement pour obtenir des secours. L'homme a été arrêté sur les lieux peu de temps après par les policiers.

La victime de Benoît avait été gravement blessée à la tête et au bras. Elle a de plus passé plusieurs jours à l'hôpital et son état était jugé grave.

Le mois dernier, Normand Jr Benoît avait été déclaré responsable criminellement des gestes commis en février 2014. C'est d'ailleurs à la suite de cette déclaration que l'homme a dû répondre des accusations.

La Couronne s'est objectée à la remise en liberté de l'accusé lors des procédures. Benoît a des antécédents judiciaires pour voies de fait et harcèlement contre une femme. Ces causes remontent à 2009. Normand Jr Benoît avait alors eu une sentence suspendue.

Toujours en 2009, il a fait face à des accusations de menaces, d'introduction par effraction et appels harassants. L'homme avait toutefois alors été jugé non criminellement responsable.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer