Accusé d'agressions sexuelles sur deux adolescentes

Mathieu Boutet, un individu de 36 ans domicilié... (Photo: Émilie O'Connor Le Nouvelliste)

Agrandir

Mathieu Boutet, un individu de 36 ans domicilié à Saint-Cyrille-de-Wendover, doit faire face à la justice de Trois-Rivières pour des agressions sexuelles qui auraient été commises sur deux mineures.

Photo: Émilie O'Connor Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Nancy Massicotte
Nancy Massicotte
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Mathieu Boutet, un individu de 36 ans domicilié à Saint-Cyrille-de-Wendover, doit faire face à la justice de Trois-Rivières pour des agressions sexuelles qui auraient été commises sur deux mineures.

Entre le 6 et le 9 avril derniers, il aurait incité une adolescente de 13 ans à avoir des contacts sexuels avec lui et se serait livré par la même occasion à une agression sexuelle.

Puis, le 9 avril, il aurait récidivé avec une autre fille, âgée cette fois-ci de 14 ans, d'où le dépôt d'une seconde accusation d'agression sexuelle contre lui.

Il doit en plus faire face à un chef de bris d'ordonnance qui lui interdisait d'utiliser un ordinateur pour entrer en contact avec des personnes âgées de moins de 14 ans. Il devait respecter cette ordonnance depuis 2008 en lien avec un autre dossier de nature sexuelle.

Mathieu Boutet a en effet des antécédents en semblable matière qui remontent à 2003 et 2008. La dernière fois, il avait été condamné à une peine de 12 mois de prison, assortie d'une probation de deux ans, pour des agressions sexuelles commises dans une autre région.

Chez nous, il a été arrêté mercredi matin. Il aurait tout d'abord agressé une adolescente de 13 ans et l'aurait incitée à avoir des relations avec lui. Puis, il aurait récidivé avec cette fois-ci une adolescente de 14 ans. Il aurait profité du fait qu'il l'emmenait chez une amie pour se livrer à des agressions sexuelles sur elle. L'enquête policière sur ses agissements n'est pas terminée.

Mercredi, lors de sa comparution, la procureure de la Couronne, Me Catherine Roberge, s'est objectée à sa remise en liberté compte tenu de la preuve dont elle dispose et des antécédents judiciaires de Boutet. L'avocat de ce dernier, Me Mathieu Poliquin, a demandé à ce que l'enquête sur caution soit reportée à jeudi mais pour la forme puisque la communication de la preuve n'est pas encore terminée.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer