Opération Mâchoire: trois autres individus plaident coupables

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Nancy Massicotte
Nancy Massicotte
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Trois autres individus arrêtés dans le cadre de l'opération Mâchoire à Shawinigan ont plaidé coupable, vendredi, à la majorité des accusations portées contre eux.

Marc-André Cloutier a notamment admis avoir trafiqué des stupéfiants et avoir comploté pour en faire le trafic entre avril 2013 et juin 2014.

Il travaillait notamment pour un autre suspect dans cette organisation criminelle, soit Jacques Chauvette. Ce dernier vendait des stupéfiants à Trois-Rivières. Or, l'approvisionnement se faisait directement auprès de Martin Grenier, la tête dirigeante du réseau de motards criminalisés et un ses complices, Steveens Fortin.

Il a écopé d'une peine de 32 mois de prison pour les gestes posés. Toutefois, compte tenu de la détention préventive qu'il a purgée, il lui reste 17 mois à faire.

Caroline Bordeleau a elle aussi plaidé coupable à des chefs de trafic de stupéfiants et complot pour trafic. Son rôle a notamment consisté à servir d'intermédiaire entre Martin Grenier, son conjoint, et les autres membres du groupe. Elle a également fait le trafic de cannabis à des connaissances personnelles.

Elle devra purger une peine de 12 mois de prison. En tenant compte de la détention préventive, elle aura 313 jours à faire derrière les barreaux et sera soumise à une probation pendant trois ans.

Enfin, Sylvain Drolet a disposé de son dossier en plaidant coupable à une accusation de trafic. Il a pour sa part écopé d'une peine de 20 mois de prison. Si on soustrait sa détention préventive, il lui reste cinq mois à faire.

Ces sentences sont toutes issues de suggestions communes faites par les avocats au dossier. Elles ont été entérinées par le juge David Bouchard.

En juin 2014, 23 personnes avaient été arrêtées par l'Escouade régionale mixte de la Mauricie lors de cette frappe qui visait le démantèlement d'un groupe de motards criminalisés en émergence. Ces derniers s'étaient octroyés le contrôle de la vente de stupéfiants à Shawinigan et à Trois-Rivières par le biais de l'intimidation et de l'usage de la force physique.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer