Une peine dans la collectivité pour des crimes sexuels

À la suite d'une suggestion commune, Sylvain Rouillard... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

À la suite d'une suggestion commune, Sylvain Rouillard a été condamné à purger une peine dans la collectivité pour des crimes à caractère sexuel. Toutefois, le juge Jacques Lacoursière, qui trouvait le quantum trop clément, a décidé d'imposer deux ans moins un jour et un don de 1500 $, plutôt que les 18 mois qui avaient été suggérés par les deux partis.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Audrey Tremblay
Le Nouvelliste

(LA TUQUE) À la suite d'une suggestion commune, Sylvain Rouillard a été condamné à purger une peine dans la collectivité pour des crimes à caractère sexuel. Toutefois, le juge Jacques Lacoursière, qui trouvait le quantum trop clément, a décidé d'imposer deux ans moins un jour et un don de 1500 $, plutôt que les 18 mois qui avaient été suggérés par les deux partis.

«Il faut dénoncer ça et lancer le message qu'on ne peut pastolérer ça», a lancé le juge Lacoursière.

Sylvain Rouillard, qui a subi son procès en octobre 2014, avait été reconnu coupable dans deux dossiers pour des crimes sexuels. Un rapport présentenciel et sexologique avait alors été commandés par la cour.

Le tribunal a pris en considération certains facteurs aggravants, entre autres que l'accuséétait en position d'autorité, la fréquence des actes et l'âge des victimes.

«Vous avez atteint le fond du baril et vous avez entraîné ces jeunes femmes-là. [...] Vous devez comprendre le tort énorme que vous avez fait aux victimes», a lancé le juge.

Toutefois, certains facteurs atténuants ont aussi été considérés, notamment, les risques de récidive qui sont faibles, le fait que l'accusé soit un actif pour la société, l'absence d'antécédent de même nature.

L'accusé s'est adressé au tribunal avant le dévoilement de la sentence. Il a dit qu'il regrettait profondément ce qu'il avait fait dans le passé.

«Tout ce qui est arrivé, je le regrette du plus profond de mon coeur. J'aimerais pouvoir retourner en arrière», a-t-il lancé.

Une des victimes, visiblement émotive, a aussi pris la parole afin de faire connaître les conséquences des gestes sur sa vie, et celle de son entourage.

Dans le cadre de sa sentence, Sylvain Rouillard devra, entre autres, être à son domicile 24 h sur 24 durant les sept premiers mois de sa peine, sauf pour certaines exceptions comme une urgence médicale ou le travail.

Il devra également se soumettre à plusieurs conditions. Il devra notamment faire un don de 1500 $, il ne pourra pas communiquer d'aucune façon avec les victimes au dossier, il lui sera interdit de consommer des boissons alcoolisées.

Il devra donner un échantillon d'ADN, et se soumettre à la loi sur l'enregistrement de renseignements sur les délinquants sexuels à perpétuité.

La peine sera suivie d'une probation de 12 mois. Sylvain Rouillard ne pourra pas se trouver dans un parc public ou une zone publique où il est permis de se baigner s'il y a des personnes âgées de moins de 18 ans ou s'il pouvait y en avoir, une garderie, une école, un terrain d'école, un terrain de jeu ou un centre communautaire.

Il lui est aussi défendu de chercher, d'accepter ou de garder un emploi, rémunéré ou non, ou un travail bénévole qui le placerait en relation de confiance ou d'autorité vis-à-vis des personnes mineures.

Il est également dans l'interdiction de tenir ou d'utiliser des réseaux sociaux sur Internet.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer