La prison à vie pour Patrick Lavoie 

Patrick Lavoie a été condamné à la prison... (Photo: Archives La Tribune)

Agrandir

Patrick Lavoie a été condamné à la prison à vie en lien avec la mort de Rémy Dallaire.

Photo: Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Nancy Massicotte
Nancy Massicotte
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Pour le meurtre crapuleux de Rémy Allaire commis le 9 août 2010 à Victoriaville, Patrick Lavoie a été condamné, mercredi, à une peine de prison à vie sans possibilité de libération conditionnelle avant 20 ans.

Danielle Saint-Pierre, la mère de Vanessa Tremblay, accompagnait... (Photo: François Gervais, Le Nouvelliste) - image 1.0

Agrandir

Danielle Saint-Pierre, la mère de Vanessa Tremblay, accompagnait l'avocat de sa fille Me Dominic Bouchard au palais de justice de Trois-Rivières.

Photo: François Gervais, Le Nouvelliste

Rémy Allaire... (Archives La Tribune) - image 1.1

Agrandir

Rémy Allaire

Archives La Tribune

En entérinant la suggestion commune de sentence faite par les avocats au dossier, le juge François Huot n'a pas manqué de souligner le caractère particulièrement odieux et sordide de ce meurtre. Il a aussi relevé le profond mépris de l'accusé pour la vie humaine et son indifférence face au geste posé. Il a toutefois noté que la sentence n'était pas déraisonnable vu la preuve de la Couronne, les antécédents judiciaires de Lavoie et son plaidoyer de culpabilité.  

La famille de la victime, dont la veuve Victoire Brulé Allaire, était d'ailleurs dans la salle d'audiences pour assister au prononcé de la peine. La dame a accepté de s'adresser au tribunal. «Les blessures et les souffrances infligées à mon mari, l'impossibilité pour lui de se défendre, la mort atroce dont il a été victime et la façon dont on a disposé de son corps me lèvent encore le coeur. On l'a traité comme un déchet sans aucun respect. Sa mort violente est inacceptable. Aucune sentence si lourde soit-elle ne pourra remplacer cet être si cher à nos coeurs», a-t-elle indiqué. 

Elle a aussi mentionné à quel point le processus judiciaire ayant conduit à la condamnation de la complice de Patrick Lavoie, Vanessa Tremblay, avait été difficile pour sa famille. «Notre vie a été étalée sur la place publique, impossible de vivre notre peine tranquille à l'abri du regard des curieux», a-t-elle ajouté. La famille est donc soulagée du dénouement de cette affaire et entend désormais faire son deuil.

Rappelons que Patrick Lavoie était le souteneur de Vanessa Tremblay qui avait pour client Rémy Allaire. Le 9 août 2010, ils ont eu des rapports sexuels sous la surveillance de Lavoie qui se trouvait dans une pièce à proximité. Or, un baiser soi-disant non autorisé a été échangé entre les deux pendant les rapports. Lavoie, qui s'était amouraché de l'escorte, a alors voulu rappeler à l'ordre M. Allaire.

Il aurait alors exigé de Vanessa Tremblay qu'elle lui mette des menottes, ce qui était semble-t-il courant dans le cadre de leurs jeux sexuels. Toutefois, le différend entre les deux hommes s'est poursuivi et Lavoie a perdu les pédales. Il s'est alors jeté sur Rémy Allaire pour le frapper à coups de poing et le poignarder à mort. Le corps a ensuite été démembré et décapité pour ensuite être transporté dans un motel de Plessisville où il a été abandonné. 

Patrick Lavoie a accepté de plaider coupable à une accusation réduite de meurtre au second degré, ce qui évite ainsi la tenue d'un procès devant jury qui aurait duré six semaines. Au terme de négociations entre le procureur de la Couronne, Me Benoit Larouche, et l'avocat de la défense, Me Louis Belliard, une suggestion de sentence qui tient compte de l'ensemble des circonstances a été soumise au juge. 

Tel que l'a précisé Me Larouche, la preuve contre Patrick Lavoie était moins forte que celle contre Vanessa Tremblay, en raison notamment d'aveux directs faits par celle-ci en prison. Qui plus est, une grande partie de la preuve de la Couronne aurait reposé sur le témoignage de celle-ci, ce qui soulevait certaines inquiétudes puisqu'elle n'avait pas été crue dans le cadre de son propre procès. 

On sait que cette dernière a pour sa part été déclarée coupable de meurtre au premier degré. Elle ne sera pas éligible à une libération avant 25 ans. 

D'ailleurs, son avocat Me Dominic Bouchard était présent au palais de justice pour assister à la sentence. Il déplore que Patrick Lavoie puisse bénéficier d'une libération conditionnelle avant sa cliente. Il soutient en effet que la Couronne a présenté une thèse différente notamment en ce qui concerne l'utilisation des menottes comme outil de séquestration.

Compte tenu des gestes posés par Patrick Lavoie comparativement à ceux posés par sa cliente, il entend déposer une requête devant la Cour suprême pour demander une extension de délai et la permission d'en appeler avec le dépôt d'une nouvelle preuve qui lui a été communiquée dernièrement. 

La mère de Vanessa Tremblay, Danielle Saint-Pierre, accompagnait l'avocat de sa fille. «Elle a subi un procès injuste. Elle n'est pas une tueuse; elle est plutôt une victime innocente qui s'est faite pincer par ce gros pourri (Patrick Lavoie). Je souhaite qu'elle puisse avoir un nouveau procès», a-t-elle conclu.

Extraits d'une lettre écrite par la veuve de la victime

«Le drame m'a brisée et plongée dans une angoisse épouvantable. Apprendre les détails macabres de l'enquête préliminaire et les revivre une autre fois pendant le procès a été insupportable.»

«C'est impossible pour nous d'accepter que ces deux êtres monstrueux aient pu s'attaquer à Rémy, un homme pacifique et sans histoire.»

«Un chapitre est clos aujourd'hui, un chapitre d'horreur. On peut tourner la page. Malheureusement, on ne peut réécrire l'histoire. Il nous faut aller de l'avant, reprendre le contrôle de nos vies, vivre avec nos démons.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer