Pascal Lavigne évite la prison

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Nancy Massicotte
Nancy Massicotte
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Pascal Lavigne, l'un des trois hommes impliqués dans le braquage à domicile survenue le 17 novembre 2010 à Parent, a échappé à la prison compte tenu du rôle mineur qu'il a joué dans cette affaire et de l'absence de danger qu'il représente pour la société.

En effet, le juge Guy Lambert a sursis au prononcé de la sentence jeudi. Pour ce faire, il a aussi tenu compte de l'absence d'antécédents judiciaires de l'individu, de ses remords et du fait qu'il constitue désormais un actif pour la société. Il a également pris bonne note des 11 jours de détention purgés et du fait que Lavigne avait respecté ses conditions de remise en liberté depuis cinq ans (dont un couvre-feu).

Toutefois, il devra effectuer70 heures de travaux communautaires dans la prochaine année et verser la somme de 800 $ à l'une des victimes pour lui avoir dérobé son ordinateur. Il lui sera aussi interdit de se rendre dans les bars et enfin, il sera sous probation pendant trois ans.

Quant à Jason Ferland Forest, l'individu qui avait initié ce braquage parce qu'il voulait récupérer une arme lui appartenant, il connaîtra sa sentence le 26 mai. La Couronne a réclamé une peine de trois ans de pénitencier; son avocate a plutôt suggéré une courte peine de prison qui pourrait être purgée les fins de semaine.

D'ores et déjà, le juge a fait savoir à l'individu de 27 ans qu'une peine de prison ferme lui serait assurément imposée. II a donc reporté la sentence au 26 mai pour qu'il se prépare, vu qu'il possède des entreprises et qu'il est soutien de famille.

Encore une fois jeudi, le juge Lambert a déploré que cette saga puisse découler d'un simple vol de carabine par la victime. En effet, lorsque Jason Ferland Forest avait appris qui était l'auteur de ce vol, il s'était présenté une première fois à son domicile de Parent à l'automne 2010 pour réclamer l'arme. Il avait empoigné violemment le collet de l'homme mais en vain.

Puis, le 17 novembre 2010, il s'était rendu avec deux autres complices, Yannick Chartrand Gagné et Pascal Lavigne, chez la victime toujours avec l'intention de récupérer la fameuse carabine. Ferland Forest avait défoncé une porte pour s'introduire dans la maison au cours de la nuit, suivi de Lavigne. La victime s'était emparée d'une machette pour se protéger. Yannick Chartrand Gagné était pour sa part entré dans la maison avec un fusil de calibre .12.

Finalement, les trois hommes étaient repartis sans que personne ne soit blessé. Un portable avait cependant été volé au passage par Pascal Lavigne, qui était fortement intoxiqué. Le véhicule appartenant à la conjointe de la victime avait également été endommagé.

Au terme d'un procès, Lavigne avait été déclaré coupable d'introduction et vol et d'extorsion. Un verdict de culpabilité avait également été rendu contre Ferland Forest pour introduction par effraction et le vol du portable par le biais de la complicité, extorsion, séquestration et méfait. Il avait aussi été reconnu coupable d'extorsion et de voies de fait pour le premier événement survenu deux mois avant.

Quant à Yannick Chartrand Gagné, il avait écopé d'un an de prison en décembre 2012 pour avoir braqué une arme à feu, menace de mort et voies de fait armés.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer