La fin du bunker des Hells approche, croit Yves Lévesque

Le bunker des Hells à Trois-Rivières.... (Photo: Archives, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le bunker des Hells à Trois-Rivières.

Photo: Archives, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Trois-Rivières) La confiscation définitive du bunker de Sorel des Hells Angels laisse croire au maire de Trois-Rivières, Yves Lévesque, que la fin approche pour le repaire du boulevard Saint-Jean.

«Nous avons hâte de donner une seconde vie à ce terrain», lance d'emblée Yves Lévesque qui croit que le dossier «devrait se régler rapidement».

Depuis que l'opération SharQc en 2009 a donné un dur coup à l'organisation des Hells Angels, le bunker de Trois-Rivières fait l'objet d'une ordonnance de blocage et le bâtiment demeure surveillé par les autorités. C'est toutefois possible que le bunker soit définitivement confisqué pour avoir été érigé avec l'argent du crime qu'après la fin des procès des 25 motards toujours accusés à la suite de l'opération de 2009.

Déjà, les bunkers de Longueuil et de Sorel ont été confisqués par les autorités. «Dès que ça sera réglé, la Ville devrait pouvoir prendre possession du bâtiment et du terrain», note Yves Lévesque qui précise que les propriétaires du bunker de Trois-Rivières, officiellement les Missiles de la Mauricie, doivent près de 70 000 $ en taxes municipales impayées. «Nous avons bien hâte de voir ça. Ça fait presque six ans que ça traîne et le prix monte. Mais à ce prix, nous croyons que nous allons trouver preneur. Nous allons vendre au plus offrant.»

Yves Lévesque soutient que l'intention de la Ville est de vendre le bâtiment et le terrain à un acheteur privé. «Il y a peut-être des gens qui sont intéressés. Il y a quand même une très belle visibilité fort intéressante sur le bord de l'autoroute. Ça peut être transformé en résidences ou autre chose. Il y a Cogeco en face, est-ce que l'entreprise aurait un intérêt? Je ne sais pas. Mais au lieu d'avoir la visibilité des Hells Angels, on va avoir autre chose.»

Il faut dire qu'Yves Lévesque n'a jamais apprécié l'imposant bâtiment très visible à la jonction des autoroutes 40 et 55. Il juge qu'il ne donne pas une belle image de Trois-Rivières. «Nous sommes toutefois bien contents que depuis l'opération SharQc en 2009, les logos des Hells Angels ont été enlevés du bâtiment. Ce n'était pas une bonne marque de commerce pour Trois-Rivières. Il en passe des voitures devant ce repaire chaque jour», précise le maire.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer