Incendie dans une érablière: un rêve qui s'envole en fumée

Les pertes financières encourues à la suite de... (Photo: Émilie O'Connor)

Agrandir

Les pertes financières encourues à la suite de l'incendie de l'Érablière du Lac sont évaluées à plus d'un demi-million $.

Photo: Émilie O'Connor

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Olivier Gamelin
Le Nouvelliste

(Saint-Tite) Un incendie a complètement ravagé l'Érablière du Lac, située à proximité du lac Perchaude à Saint-Tite, dans la nuit de vendredi à samedi. L'alerte générale a été sonnée à 23h46 à la Régie des incendies Centre-Mékinac (RICM), mettant aussitôt en branle les casernes de Saint-Adelphe, de Saint-Tite, de Saint-Séverin et d'Hérouxville. Une trentaine de pompiers ont combattu les flammes jusqu'aux petites heures du matin, en vain puisque le bâtiment a été déclaré perte totale.

Pour l'heure, le directeur de la RICM, René Tourigny, dit ignorer la source du brasier. Chose certaine, des témoins auraient entendu une forte déflagration vers 23 h 25. «Effectivement, il y a eu explosion à l'intérieur de la cabane. Il n'y a pas grand-chose qui peut exploser à part le propane. Une fuite de propane serait donc l'une des causes probables», signale M. Tourigny.

À l'arrivée des pompiers, le vaste bâtiment qui s'étire sur 150 pieds de long par 40 pieds de large était déjà à moitié effondré, l'embrasement étant de surcroît généralisé. L'apport d'Hydro-Québec a été nécessaire, ainsi que celui du ministère de l'Environnement afin de contenir une fuite d'huile qui menaçait le lac Perchaude. «Le déversement avait tendance à se diriger vers le lac Perchaude, donc nous avons fait une digue avec de la neige jusqu'à l'arrivée d'urgence environnement», mentionne M. Tourigny.

Les pertes financières sont évaluées à plus d'un demi-million $. En plus de la cabane à sucre et de la salle de réception, plusieurs pièces de machinerie auraient souffert du passage des flammes. Aucune personne n'a été blessée. Selon M. Tourigny, l'Érablière du Lac a changé de propriétaire à plusieurs reprises depuis les dernières années, et devait à nouveau passer dans d'autres mains au cours de la semaine prochaine, «mais les papiers, malheureusement, n'étaient pas signés».

Malheureusement, en effet, car les futurs propriétaires, un jeune couple de Saint-Maurice, caressaient depuis longtemps le rêve de fabriquer leurs propres produits à base d'érable.

«Croyez-moi, vous n'auriez pas eu fini d'entendre parler de ce projet d'érablière pour laquelle nous avions déjà investi beaucoup de temps, d'argent, d'énergie, mais surtout de coeur... À travers la naissance de notre fille et la gestion de son entreprise, mon chum y avait consacré des dizaines d'heures dans les derniers jours afin de pouvoir goûter pour la première fois son sirop d'érable», écrit Andréanne Guilbert sur les réseaux sociaux. «L'endroit trouvé, le financement approuvé, on passait chez le notaire ce mardi pour finaliser la vente. Voilà que cette nuit [samedi], notre ambitieux projet s'est envolé en fumée.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer