Vol de sirop d'érable: un troisième accusé plaide coupable

Le vol de sirop d'érable a été commis... (Photo: Sylvain Mayer)

Agrandir

Le vol de sirop d'érable a été commis dans cet entrepôt de Saint-Louis-de-Blandford.

Photo: Sylvain Mayer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Martin Proulx, un troisième individu impliqué dans le spectaculaire vol de sirop d'érable à Saint-Louis-de-Blandford, a décidé de régler ses dossiers, mardi, en plaidant coupable à un chef de recel.

En présence de son avocat, Me Alexandre Biron, il a en effet reconnu avoir eu en sa possession du sirop d'érable pour des fins de trafic sachant qu'il avait été obtenu de façon criminelle. Les gestes ont été commis dans la période comprise entre le 1er août 2011 et le 31 juillet 2012 à Lévis, Saint-Nicolas et Sainte-Lucie-de-Beauregard.

Comme l'individu n'a qu'un seul antécédent judiciaire pour alcool au volant, un rapport présentenciel sera effectué pour aider le tribunal à prononcer la sentence appropriée. Martin Proulx devra donc revenir en cour le 11 septembre pour connaître sa peine. D'ici là, il bénéficie toujours de sa liberté.

Mardi, le procureur aux poursuites criminelles et pénales, Me Julien Beauchamp-Laliberté, a raconté l'implication de Martin Proulx dans le vol de 18 millions $ en sirop d'érable dans un entrepôt de la Fédération des producteurs acéricoles du Québec à Saint-Louis-de-Blandford.

On sait que 9500 barils contenant six millions de livre de sirop d'érable ont été volés en l'espace d'un an et transportés par camion dans d'autres entrepôts un peu partout au Québec et même au Nouveau-Brunswick. Le sirop contenu dans chaque baril a été transvidé dans d'autres contenants afin d'être revendu sur le marché noir. Les voleurs ont ensuite mis de l'eau dans les barils d'origine et retourné ceux-ci dans l'entrepôt loué par la Fédération afin de ne pas éveiller les soupçons.

Le rôle de Martin Proulx se situait dans le volet recel de l'organisation. Il a été embauché par Richard Vallières, l'un des principaux suspects dans cette affaire. À partir d'octobre 2011, il a notamment eu pour travail de décharger les camions transportant les barils de sirop, de transvider le précieux liquide dans d'autres contenants pour ensuite remplir d'eau les barils. Il a ainsi travaillé un total de 48 jours pour le compte de Richard Vallières au cours de la période visée par les infractions.

Selon ce qu'on a pu apprendre, il gagnait 20 $ de l'heure, de sorte que cette affaire lui a valu environ la somme de 7000 $ à 8000 $. D'un autre côté, la valeur du sirop volé qui lui est passé entre les mains est de 6 millions $.

Or, en juillet 2012, Martin Proulx a commencé à trouver les activités de Richard Vallières de plus en plus louches. Il trouvait que le volume du sirop transvidé augmentait de façon anormale et que le rythme de vie de certains de ses acolytes s'était accentué. Il a donc cessé ses activités à la mi-août 2012 pour finalement être arrêté plus tard dans le cadre de l'opération Luisance en même temps qu'une vingtaine de personnes.

Son avocat Me Biron a indiqué que son client savait que Vallières pouvait se livrer à du commerce illicite de sirop d'érable, c'est-à-dire qu'il achetait les surplus de producteurs acéricoles, mais il ne savait pas que ses activités étaient devenues criminelles au point que le sirop avait carrément été volé.

À ce jour, deux autres individus ont plaidé coupable. Il s'agit de Richer Dinelle et Pascal Patry. Le premier a écopé de 12 mois de prison et le second doit purger 12 mois dans la collectivité.

En ce qui concerne les principaux accusés dont Richard Vallières, Avick Caron et Étienne Saint-Pierre, leur enquête préliminaire commencera le 12 novembre. Elle devrait durer plusieurs jours.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer