Appel à la générosité pour une famille qui a tout perdu dans un incendie

Shania, Stéphane, Dany et Frédérick Lessard demeurent sans... (Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Shania, Stéphane, Dany et Frédérick Lessard demeurent sans voix face à la générosité des gens de Louiseville à la suite de l'incendie de leur maison et de leur gagne-pain.

Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Olivier Gamelin
Le Nouvelliste

(Louiseville) Après la pluie, les nuages se dispersent peu à peu. C'est le cas pour la famille Lessard qui, après l'incendie qui a réduit en cendres et leur atelier de travail et leur résidence adjacente, voit un élan de solidarité régionale se mettre en branle pour les aider à remonter la pente.

Le 12 mars dernier, des travaux de soudure effectués dans une entreprise de peinture située au 330, chemin de la Grande-Carrière ont allumé les premières flammes qui allaient se propager jusqu'à la résidence familiale. Les deux bâtiments ont été déclarés pertes totales.

Aujourd'hui, c'est toute une communauté qui met l'épaule à la roue pour redonner un peu d'espoir à Stéphane Lessard, sa conjointe Dany et leurs deux enfants. Car non seulement la maison familiale est-elle partie en fumée, mais également le gagne-pain de M. Lessard. «Nous avons des hauts et des bas, selon le moment de la journée. Ce n'est pas juste les biens de la maison qu'on a perdus, on n'a plus de revenu qui rentre», souligne Mme Lessard.

D'abord pris en charge par la Croix-Rouge, la famille Lessard habite temporairement une maison qui leur a été généreusement ouverte par Mario Béland, un ami touché par leur situation. Lorsqu'on lui demande quels sont ses besoins à court terme, la Louisevilloise ne sait pas par quel bout commencer puisqu'elle manque de tout: de la nourriture, des vêtements, une résidence, un revenu, des cartes d'identité, un téléphone cellulaire, etc. «Pour l'instant, on suit la vague au fur et à mesure que les besoins se présentent. On y va une étape à la fois.»

Pour venir en aide aux Lessard, le Quillorama de Grand Pré, ayant pignon sur le boulevard Saint-Laurent Ouest à Louiseville, a mis en place une collecte de fonds. Les citoyens sont ainsi invités à apporter des denrées non périssables, des produits d'hygiène, des vêtements, etc. Une noblesse de coeur qui laisse Mme Lessard sans voix. «La réponse du public me met sous le choc. Je ne m'attendais pas à autant de générosité. Ça fait chaud au coeur. Jamais je n'aurais cru que le monde allait réagir comme ça. Plein de monde m'offre leur aide, je n'en reviens tout simplement pas. Et je tiens à les remercier de tout coeur», insiste-t-elle, en ajoutant que l'aide reçue n'est pas que matérielle, elle est également morale.

Pour l'heure, la famille Lessard ne sait pas si elle reconstruira l'atelier de peinture qui leur permettait de mettre du beurre sur la table. «J'en ai aucune idée. On va sur la vague, on suit les événements. Le temps nous le dira.»

Cette générosité communautaire dont bénéficie la famille Lessard n'est pas sans rappeler d'autres coups du destin qui ont aussi réveillé la générosité citoyenne. Notons, entre autres, le mouvement populaire à la suite de l'accident du canotier shawiniganais Mathieu Saint-Pierre, qui a permis d'amasser plus de 26 000 $ en quelques semaines, voire le Fonds étoiles de mère, mis sur pied par Stéphanie Renière pour venir en aide à deux orphelins de la région. Dix mille dollars avaient alors été collectés, sans compter les dons matériels en vêtements, en nourriture et en services divers.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer