Grand élan de solidarité pour Mathieu St-Pierre

«Merci de tout le support que vous m'apportez»,...

Agrandir

«Merci de tout le support que vous m'apportez», a écrit Mathieu St-Pierre sur les réseaux sociaux. Le jeune homme a été victime d'un grave accident sur une terre à bois, le 19 février, qui l'a privé de l'usage de ses jambes.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Olivier Gamelin
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Il aurait fallu songer à un Rabaska et non pas à un «p'tit canot» pour embarquer toutes les personnes qui, samedi, ont participé au souper-bénéfice cuisiné pour le canotier Mathieu St-Pierre, victime d'un grave accident le 19 février qui l'a privé de l'usage de ses jambes.

Serge Paul, oncle maternel de Mathieu St-Pierre, faisait... (Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste) - image 1.0

Agrandir

Serge Paul, oncle maternel de Mathieu St-Pierre, faisait le service aux invités en compagnie de Vickie Desaulniers, organisatrice du souper-bénéfice et fille du propriétaire du Bistrot Le P'tit canot.

Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste

Le Bistro Le P'tit canot du secteur Saint-Jean-des-Piles était plein à ras bord d'amis, de collègues, de sportifs et de membres de la famille de M. St-Pierre. Ce bel équipage s'était réuni pour déguster une tablée de spaghetti et une lampée de bière, certes, mais surtout pour démontrer au Shawiniganais de 27 ans qu'il n'était pas seul à ramer en eaux troubles.

Toujours hospitalisé à Montréal, M. St-Pierre entreprend actuellement la plus importante traversée de son existence, la classique internationale de la vie. Au P'tit canot, tous espéraient qu'après cette terrible tempête viendrait le beau temps, à commencer par sa mère, Martine Paul.

«Cette semaine Mathieu a frappé un mur, comme on dit. Moralement, la semaine a été rough. Il a vraiment réalisé l'ampleur de ses blessures. C'est aussi raide pour nous autres que pour lui, mais on l'encourage. On lui dit qu'il va pouvoir faire tout ce qu'il faisait avant, mais autrement.»

L'athlète est passé à deux doigts de la mort lorsqu'un arbre lui est tombé dessus alors qu'il s'affairait sur une terre à bois non loin du lac Souris à Saint-Élie-de-Caxton. Les multiples opérations qu'il a subies témoignent de la sévérité de ses blessures.

«Les médecins lui ont changé un bout de l'aorte, il a eu le diaphragme perforé, les intestins étaient déplacés, des côtes cassées, le bassin cassé, le tronc égrainé, la moelle épinière cassée, ils ont installé des plaques pour solidifier le tronc, ses jambes... on oublie ça», énumère Mme Paul en nourrissant malgré tout une confiance de plomb durci quant aux capacités de son fils à remonter la rivière à contre-courant.

Samedi, elle n'était pas isolée dans son optimisme. L'oncle de M. St-Pierre n'avait que de bons mots pour son neveu. Pierre Paul est venu de l'Abitibi-Témiscamingue spécifiquement pour offrir son soutien et pagayer avec la famille. Lui aussi est convaincu que Mathieu, un solide gaillard, affrontera l'aquilon la tête haute et continuera de faire sa marque partout où il jettera son dévolu.

«Mathieu est solide. C'est quelqu'un qui va être capable de passer à travers cette épreuve. Moi je le vois gagner des médailles aux Jeux paralympiques. Il est fort ce gars-là, ça n'a pas de bon sens, physiquement et moralement. S'il se donne des buts à atteindre, il va les atteindre.»

Une projection dans l'avenir dans laquelle Mme Paul aime se laisser bercer.

«On va le voir encore dans les sports. Il pensait ne plus jamais en faire, mais on lui a dit: non, tu vas encore en faire, mais autrement. Il est tellement fort des bras. Je le verrais en ski, moi, en ski de fond aux Jeux paralympiques. Et même en canot», renchérit-elle en prenant exemple sur la médaillée Chantale Peticlerc.

Plus de 2050 $ ont été amassés lors de ce souper-bénéfice. À cela s'additionne une cagnotte de 2180 $ collectée par le marché Métro Plus du secteur Shawinigan-Sud, et 22 019 $ via le site Internet www.gofundme.com. Cette dernière initiative émane de canotiers américains qui ont connu et apprécié Mathieu St-Pierre dans le cadre de compétitions sportives. «Mathieu est émerveillé de voir cet élan de solidarité», ajoute Mme Paul. «Il ne pensait jamais qu'il était aimé de même par le monde.»

Plus de 26 000 $, donc, récoltés du Michigan jusqu'à Shawinigan en passant par Saint-Eustache et Montréal et qui, espérait-on au P'tit canot, redonnera au jeune homme un peu d'espoir et un désir de vivre à fond de train comme il en avait l'habitude avant ce fatidique 19 février.

«Merci de tout le support que vous m'apportez», écrit le principal intéressé sur les réseaux sociaux. «Je suis très impressionné par tout ce bon monde et ça m'aide vraiment à y croire. J'espère aller mieux, je vais vous tenir au courant.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer