Denis Nadeau voit sa cause reportée au 2 avril

Denis Nadeau lors de sa comparution en novembre... (Photo: Sylvain Mayer Le Nouvelliste)

Agrandir

Denis Nadeau lors de sa comparution en novembre 2013.

Photo: Sylvain Mayer Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Nancy Massicotte
Nancy Massicotte
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Il faudra attendre au 2 avril pour connaître les résultats de l'expertise psychiatrique visant à déterminer si Denis Nadeau doit être déclaré délinquant dangereux ou à contrôler en lien avec de la pornographie juvénile.

Jeudi, lors du retour de ce dossier devant le tribunal, on a pu apprendre que l'Institut Philippe-Pinel à Montréal, qui est chargé de cette expertise, a demandé un délai supplémentaire de 30 jours pour mener à bien sa mission.

Lorsque les résultats seront connus, l'avocate du prévenu, Me Karine Bussière, devra alors décider si, à son tour, elle a besoin d'une contre-expertise psychiatrique ou si elle procède en fonction de l'évaluation de Pinel.

Denis Nadeau, 55 ans, a plaidé coupable en décembre dernier à des accusations de possession et d'accession à du matériel de pornographie juvénile.

Lors d'une opération policière de la Sûreté du Québec menée à son domicile, on avait retrouvé une clé USB sur laquelle se trouvaient une trentaine de fichiers de pornographie qui avaient été effacés et qui mettaient en scène des fillettes et des bébés agressés sexuellement.

Me Louis-Charles Bal, procureur aux poursuites criminelles et pénales, avait par la suite demandé une évaluation visant à le faire déclarer délinquant à contrôler ou dangereux en raison de ses antécédents en matière de crimes sexuels. Il a été condamné à 18 mois d'emprisonnement pour des agressions sexuelles commises sur des mineures en 2005.

Deux ans plus tard, plus de 9000 fichiers photos et vidéos de pornographie impliquant des adultes et des enfants avaient été saisis à son domicile.

Il avait ensuite écopé d'une peine de 21 mois de prison pour possession de matériel pornographique juvénile et pour complot visant à commettre des attouchements sexuels sur une fillette de 12 ans dans une halte routière.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer