Affaire Vadeboncoeur: le procès des policiers fixé en janvier 2016

Les policiers accusés dans l'affaire Alexis Vadeboncoeur vont... (Photo Archives: François Gervais Le Nouvelliste)

Agrandir

Les policiers accusés dans l'affaire Alexis Vadeboncoeur vont subir leur procès en janvier 2016.

Photo Archives: François Gervais Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Nancy Massicotte
Nancy Massicotte
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) C'est finalement le 18 janvier prochain que devrait commencer le procès tant attendu des quatre policiers de Trois-Rivières, impliqués dans l'arrestation musclée d'Alexis Vadeboncoeur en 
février 2013.

Marc-André Saint-Amant, Dominic Pronovost et Kaven Deslauriers sont accusés de voies de fait armées, voies de fait causant des lésions corporelles, usage négligent d'une arme à feu, fabrication de faux rapports, contrefaçon de ces documents et entrave à la justice avec la fabrication de ces faux rapports.

Pour sa part, Barbara Provencher fait face à des accusations de voies de fait causant des lésions corporelles, fabrication de faux documents, contrefaçon de documents et entrave à la justice en fabriquant des faux rapports.

Leur procès devrait durer trois semaines. Outre la semaine du 18 janvier, celles du 25 janvier et du 15 février ont également été réservées. Il reste maintenant à trouver un juge de l'extérieur qui accepte d'entendre la cause au palais de justice de Trois-Rivières. 

Jeudi, les quatre prévenus étaient absents, étant plutôt représentés par leur avocat. D'emblée, le juge Guy Lambert a pris soin de leur demander s'ils acceptaient de renoncer à une éventuelle requête pour délai déraisonnable.

En ce sens, il a rappelé que la juge en chef Dominique Slater leur avait proposé des dates plus rapprochées de procès en septembre et octobre mais qu'elles avaient été refusées par la défense.

C'est pourquoi il voulait s'assurer que les avocats ne déposeraient pas à la dernière minute une requête pour délai déraisonnable. Ceux-ci ont reconnu que ce délai leur était attribuable compte tenu de leur agenda et qu'aucune requête ne serait faite en ce sens. 

Il n'en demeure pas moins que ce procès devrait commencer presque trois ans après l'arrestation du jeune Vadeboncoeur dans la cour du Cégep de Trois-Rivières. Deux des policiers, Kaven Deslauriers et Marc-André Saint-Amant, ont été congédiés depuis les événements par la Ville de Trois-Rivières. Les deux autres, Dominic Pronovost et Barbara Provencher, ont été suspendus sans solde.

Le syndicat des policiers et pompiers de Trois-Rivières conteste évidemment ces mesures. À même un fonds d'aide de la Fédération des policiers municipaux du Québec, les quatre individus continuent donc à recevoir un salaire pendant les procédures judiciaires bien qu'il s'agisse d'un prêt.

«Le délai est surtout plate pour le moral des policiers qui, avec la médiatisation de cette affaire, ont de la difficulté à sortir de chez eux sans être pointés du doigt», a mentionné Serge Mailloux, vice-président du syndicat des policiers de Trois-Rivières.   

Rappelons que le 2 février 2013, les quatre policiers accusés avaient pris en chasse Alexis Vadeboncoeur qui venait de commettre un vol qualifié dans une pharmacie de Trois-Rivières, pour finalement l'intercepter dans la cour du Cégep. Or, leur intervention avait été filmée par une caméra de surveillance. Sur celle-ci, on y voit les policiers asséner plusieurs coups de poing et coups de pied au jeune homme. 

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer