Agression sexuelle sur une mineure: Yves Lambert écope de 12 mois de prison

Yves Lambert connaîtra sa sentence le 19 février.... (Photo: Sylvain Mayer Le Nouvelliste)

Agrandir

Yves Lambert connaîtra sa sentence le 19 février.

Photo: Sylvain Mayer Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Nancy Massicotte
Nancy Massicotte
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Le Shawiniganais Yves Lambert devra purger une peine de 12 mois de prison pour avoir abusé sexuellement d'une mineure dans les années 80.

Dans cette affaire, la Couronne, représentée par Me Annie Vanasse, réclamait 18 mois de prison ferme alors que l'avocat de la Défense, Me Alain Blanchard, demandait au tribunal de surseoir au prononcé de la sentence mais d'imposer des travaux communautaires et une thérapie comportementale.

Le juge Pierre-L. Rousseau a finalement conclu que la peine appropriée dans les circonstances serait de 12 mois, en plus d'une probation de trois ans et de son inscription au Registre des délinquants sexuels pour une période de dix ans. 

En effet, même si les crimes commis se situent au plus bas de l'échelle de gravité en matière sexuelle, certains facteurs ont nettement joué en sa défaveur dans l'imposition de la sentence. Encore aujourd'hui, Yves Lambert ne semble éprouver aucun regret. Qui plus est, il se victimise comme étant celui qui a perdu l'amour de sa vie. Lors des plaidoiries sur sentence, il avait même déclaré avoir «pardonné» à la victime, pour avoir tenté de refaire sa vie. 

L'abus de confiance, la manipulation, son narcissisme, les séquelles avec lesquelles doit composer la victime et la répétition des abus sur plus de trois ans sont également des facteurs aggravants. 

Par contre, il n'a aucun antécédent judiciaire et le risque de récidive est jugé faible.

Rappelons qu'Yves Lambert, 58 ans, a été déclaré coupable d'agressions sexuelles commises de 1983 à 1987 au terme d'un procès. Les délits ont été perpétrés dans le cadre d'une soi-disante relation amoureuse. Lambert s'était éprise de la jeune fille au point d'avouer n'avoir jamais eu d'autres femmes dans sa vie que la plaignante.

La victime, qui souffrait d'un manque d'affection de ses parents, était également tombée en amour avec Yves Lambert, et ce, dès l'âge de sept ans. Au départ, leur relation était platonique. Lambert se considérait comme un grand frère, un mentor et même un guide spirituel. 

Or, alors qu'elle avait 11 ans, Lambert l'a embrassée pour la première fois en lui disant qu'il voulait la marier. Il était alors âgé de 26 ou 27 ans. De janvier 1983 à décembre 1987, il s'est par la suite livré à des attouchements sexuels sur elle, à 200 ou 300 reprises environ. On parle ici de caresses sur les fesses, les seins et les parties génitales. Cependant, il n'y a jamais eu de fellation, cunnilingus ou pénétration.

À l'âge de 15 ans, elle a mis fin à cette relation après avoir réalisé que celle-ci devenait anormale. Lambert avait notamment prélevé son sperme pour l'examiner au microscope. Elle a par la suite dû composer avec plusieurs séquelles au fil des ans comme l'anxiété, une dépendance aux stupéfiants, la perte d'estime de soi et des difficultés dans ses relations amoureuses. 

C'est à l'âge de 35 ans, en 2007, qu'elle s'est décidée à porter plainte. «C'est à force de voir tous ces trucs d'abus dans les médias et surtout en regardant ma propre fille, que j'en suis arrivée à me dire que ce qu'il m'avait fait n'était pas correct, que j'avais été manipulée. En fait, si j'avais porté plainte avant, je n'aurais pas été prête. Il faut un cheminement personnel pour en arriver là. Mon but n'a jamais été de m'acharner sur lui car je lui ai pardonné. Toutefois, le processus judiciaire m'a fait un très grand bien et je pense que la sentence est juste», a-t-elle conclu. 

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer