RGMRM: congédié pour avoir «récupéré» des cigarettes de contrebande

Un employé de la Régie de gestion des... (Photo: archives Le Nouvelliste)

Agrandir

Un employé de la Régie de gestion des matières résiduelles de la Mauricie aurait «récupéré» des cigarettes de contrebande.

Photo: archives Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Saint-Étienne-des-Grès) Un employé de la Régie de gestion des matières résiduelles de la Mauricie (RGMRM) aurait été congédié parce qu'on lui reprocherait d'avoir «récupéré» des cigarettes de contrebande destinées à la destruction.

Selon TVA Trois-Rivières, il s'agirait de Mario Mongrain, l'ancien président du Syndicat régional des employés municipaux de la Mauricie, en poste lors du récent conflit de travail. Le principal intéressé nie toutefois catégoriquement ces allégations et croit qu'on veut nuire à sa réputation.

«Il y a une personne quelque part qui veut salir mon image», a déclaré en entrevue Mario Mongrain qui nie avoir été congédié pour avoir «récupéré» des cigarettes qui devaient être détruites.

«Je peux comprendre qu'il y en a peut-être qui ont mal digéré des choses depuis le règlement du conflit. Mais je trouve ça ordinaire qu'on tente de salir mon image dans les médias», a ajouté M. Mongrain en affirmant que si les allégations étaient véridiques, des accusations auraient été déposées contre lui.

Lorsqu'on demande à Mario Mongrain si son congédiement est lié à la récupération de cigarettes de contrebande, il répond clairement qu'il n'en est rien. «Il y a eu un malentendu qui s'est produit un moment donné dans des discussions, mais qui a été éclairci et réglé avec l'employeur. Il reste d'autres petits détails à discuter par rapport à ce qui m'est reproché, mais ce n'est pas du tout une histoire de cigarettes», a-t-il affirmé.

La SQ enquête

La Sûreté du Québec (SQ) confirme toutefois qu'une enquête a été ouverte pour faire la lumière sur ce qui est allégué envers l'employé de la RGMRM. Une fois l'enquête terminée, un dossier pourrait être déposé à la direction des poursuites criminelles et pénales qui déterminera si des accusations seront portées contre le travailleur congédié.

Le maire de la municipalité de Charette et membre du conseil d'administration de la RGMRM, Claude Boulanger, soutient de son côté que l'enquête ouverte par la SQ concerne bien la «récupération» de cigarettes de contrebande destinées à la destruction.

«La SQ enquête là-dessus», a précisé M. Boulanger, qui ne pouvait émettre plus de commentaires tant que l'enquête policière n'est pas terminée.

Un congédiement, assure la RGMRM

Le président de la RGMRM, René Goyette, soutient par ailleurs qu'à la suite d'une enquête interne, l'employé a été congédié lors d'une rencontre du conseil d'administration qui s'est tenue vendredi dernier.

«Je ne nomme personne, c'est un dossier de ressources humaines», a soutenu le président de la Régie. «Je ne débattrai pas des dossiers de ressources humaines sur la place publique.»

René Goyette souligne toutefois que les directives internes de la RGMRM sont très claires. «Il est strictement interdit à quiconque à la Régie de s'approprier un matériau, équipement ou tout autre bien de quelque nature que ce soit qui est destiné à l'enfouissement. Cela est passible d'un congédiement», s'est-il contenté de dire. «C'est tolérance zéro.»

Par contre, Mario Mongrain se défend d'avoir été congédié. Il affirme avoir été suspendu à la suite de la rencontre du conseil d'administration de vendredi dernier. Or, René Goyette assure qu'aucun employé n'a été suspendu lors de cette rencontre. Il indique plutôt que l'employé en question a été congédié.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer