Intimidation avec une scie mécanique: absolution conditionnelle pour Julien Berger

Alain Leclerc, 28 ans, accusé de proxénétisme et... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Alain Leclerc, 28 ans, accusé de proxénétisme et d'agressions sexuelles sur des mineures, ne pourra reprendre sa liberté durant les procédures judiciaires.

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Nancy Massicotte
Nancy Massicotte
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) L'un des jeunes hommes impliqués dans une affaire d'intimidation avec une scie mécanique dans une école secondaire a bénéficié, mercredi, d'une absolution conditionnelle.

Déclaré coupable de voies de fait armés par le biais de la complicité, Julien Berger, 20 ans, a en effet bénéficié de la clémence du juge Jacques Trudel compte tenu de son absence d'antécédents judiciaires, des regrets sincères qu'il a manifestés, de la thérapie psychologique qu'il suit depuis les événements et de ses projets d'avenir.

Pour faire suite à la demande de l'avocate du prévenu Me Karine Bussière, le tribunal a en effet conclu qu'il était dans son intérêt de bénéficier d'une absolution mais celle-ci sera toutefois conditionnelle. Notons que la Couronne demandait pour sa part une sentence suspendue.

En ce sens, le juge a rappelé à quel point le fait de se rendre avec une scie mécanique dans une école pour y menacer un étudiant constituait un «geste d'intimidation dans sa forme la plus choquante». Heureusement, la victime n'avait pas été blessée mais elle avait subi un choc nerveux important.

Le jeune Berger, qui souhaite terminer ses études secondaires et devenir éventuellement camionneur, devra donc se soumettre à une probation avec suivi pendant un an. Il devra aussi effectuer 100 heures de travaux communautaires sur une période de dix mois et poursuivre son processus thérapeutique. Il lui sera par ailleurs interdit d'entrer en contact avec les deux autres jeunes qui auraient été impliqués dans cette affaire, de même que la victime. Il lui sera aussi interdit d'approcher l'École secondaire La Découverte à Saint-Léonard-d'Aston à moins de 500 pieds. Il ne pourra pas non plus consommer de drogue ni posséder des armes.

Rappelons que cette histoire avait débuté par une dispute sur les réseaux sociaux. Le 26 mars 2014, la situation a dégénéré. Trois jeunes hommes de 19 ans ont débarqué sur l'heure du midi sur la rue Germain, face à l'école secondaire La Découverte pour faire un mauvais parti à la victime. Julien Berger est celui qui a prêté sa scie mécanique à l'autre suspect, Simon Raphaël Fréchette, afin qu'il menace la victime de très près sans toutefois la blesser. Le jeune Berger avait même démarré la scie même si celle-ci n'avait plus de chaîne. Les jeunes avaient été arrêtés plus tard.

Dans le cas de Simon Raphaël Fréchette, il fait face à des accusations de voies de fait armées et menaces. C'est lui qui aurait brandi la scie.

Le processus judiciaire suit toujours son cours à Drummondville. Il est au stade de l'orientation. Quant au troisième individu, il n'a pas été accusé.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer