Un chien sauvé des eaux du fleuve par un policier

Voici le petit rescapé des eaux du fleuve... (Photo: Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

Voici le petit rescapé des eaux du fleuve avec Lucie Fortin de la SPA Mauricie.

Photo: Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un petit caniche a été sauvé d'une mort certaine, jeudi soir, à Champlain, par un policier qui l'a extirpé in extremis des eaux glaciales du fleuve. Le chien se remet maintenant de ses émotions à la Société protectrice des animaux (SPA) de la Mauricie.

«À première vue, il semble bien se porter, mais il est encore stressé par sa mésaventure puisqu'il ne fait que trembler. Pas de froid parce qu'il a eu l'occasion de se réchauffer, mais bien à cause de tout le stress qu'il a vécu», raconte Serge Marquis, directeur général de la SPA Mauricie.

C'est un résident de la rue Notre-Dame qui a contacté les services d'urgence, vers 17 h 30, pour les aviser qu'un chien se trouvait sur les glaces du fleuve derrière sa résidence. À son arrivée, le policier a fait ni une ni deux: il s'est attaché à une rampe et il a marché sur les glaces jusqu'au chien qui, heureusement, n'était pas très loin de la rive. «Dépêché sur place, un patrouilleur de la Sûreté du Québec a immédiatement porté secours à la bête. «Le policier s'est attaché à une corde pour descendre sur les glaces et reprendre le chien qui était pris entre deux glaces dans l'eau», relate le sergent Hugo Fournier, porte-parole de la Sûreté du Québec. 

Le chien a été confié à un établissement de toilettage où il a reçu des soins et passé la nuit. Au matin, il a été conduit à la SPA Mauricie.  Le petit chien noir est un mâle stérilisé qui serait âgé de 2 ou 3 ans, selon une évaluation préliminaire. Il ne semble pas qu'il ait été laissé à lui-même très longtemps. «Ce n'est certainement pas un animal qui a eu une longue errance parce que je vous dirais qu'il est dodu. Il est très bien portant», note M. Marquis. 

La SPA ne peut pas encore confirmer qu'il s'en tirera totalement. «Il faut quand même attendre quelque jours pour savoir s'il a été touché par des engelures. On le saura si, par exemple, il apparaît une sorte de nécrose sur ses oreilles. Pour l'instant, ses coussinets de pattes ne semblent pas affectés», mentionne le directeur général. 

Plusieurs cas d'engelures

D'autres animaux n'ont pas eu cette chance. «On a eu l'occasion récemment de recevoir des animaux qui avaient souffert d'engelures. Présentement, on a un chat dont il a fallu couper les oreilles, un bout de queue et on voit très bien que ses coussinets de pattes ont été brûlés par le froid.»

S'il n'est pas en mesure de donner un chiffre pour cet hiver, l'an dernier, une douzaine d'animaux souffrant d'engelures - en grande majorité des chats - ont été recueillis par la SPA. Selon les souvenirs de M. Marquis, ce fut une des années où ils en ont reçu le plus.

«Une bonne partie d'entre eux ont dû être amputés d'un bout de queue, d'un bout d'oreille, il y en a qui ont eu des coussinets de pattes très affectés. Ils ont nécessité beaucoup de soins.»

Pour ce qui est du petit caniche, son propriétaire a cinq jours pour le récupérer. Par la suite, il pourra être adopté. «Déjà, on a reçu plusieurs appels pour une éventuelle adoption de cet animal si personne ne se manifeste.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer