En thérapie fermée pour s'être barricadé

Yves Dufour a tenu les policiers en haleine... (Photo d'archives: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste)

Agrandir

Yves Dufour a tenu les policiers en haleine durant 14 heures le 3 janvier en se barricadant dans son logement du boulevard Thibeau.

Photo d'archives: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) C'est en acceptant une panoplie de conditions, dont celle de suivre une thérapie en milieu fermé, qu'Yves Dufour a pu reprendre sa liberté en attendant la suite des procédures judiciaires.

Ce Trifluvien de 49 ans avait tenu les policiers en haleine durant14 heures, le 3 janvier, alors qu'il s'était barricadé dans son logement du boulevard Thibeau. Il semblait alors fortement intoxiqué par des stupéfiants et avait tenu des propos incohérents lors du délit.

Il avait lui-même appelé les forces de l'ordre pour demander de l'aide. Les agents avaient constaté à leur arrivée que Dufour était en possession d'une arme, ce qui avait forcé l'évacuation de l'immeuble à logements et l'arrivée du groupe d'intervention tactique de la Sûreté du Québec.

Dufour était de retour jeudi au palais de justice de Trois-Rivières. La Couronne a exigé que l'accusé soit conduit au Pavillon du nouveau point de vue de Lanoraie au cours de l'après-midi.

Il devra y compléter une thérapie de 21 jours. Il ne pourra se trouver dans l'édifice à logements qu'il habite, ni consommer de l'alcool et des drogues. Il ne pourra pas posséder d'arme.

De plus, deux personnes de son entourage ont accepté de verser 1000 $ chacune.

Lors de sa comparution le 5 janvier, Dufour avait été accusé de différents chefs reliés aux armes à feu, soit notamment d'avoir entreposé des armes de façon négligente, de possession d'une arme à feu alors qu'il est sous le coup d'une interdiction à vie et d'utilisation d'une arme à feu de manière négligente.

La cour a ajouté trois autres accusations au dossier de Dufour. Il fait face à deux chefs d'introduction par effraction dans des logements voisins et de possession d'une arme prohibée, soit du poivre de Cayenne.

Le dossier d'Yves Dufour reviendra devant le tribunal le 26 février.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer