Linda Laprise plaide coupable

Linda Laprise, cette femme qui a agressé à la pointe d'un couteau trois femmes... (Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste)

Agrandir

Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Nancy Massicotte
Nancy Massicotte
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Linda Laprise, cette femme qui a agressé à la pointe d'un couteau trois femmes à Trois-Rivières à l'automne 2013, a plaidé coupable, jeudi, à la majorité des chefs d'accusation portés contre elle. Elle a en effet admis avoir perpétré trois vols qualifiés, s'être livrée à des voies de fait causant des lésions corporelles sur l'une des victimes et d'avoir porté un déguisement, en l'occurence un chandail à capuchon, dans le but de commettre un acte criminel. Elle a également reconnu sa culpabilité à des chefs de bris d'engagements pour avoir consommé de l'alcool et omis de respecter un couvre-feu en dépit des ordres du tribunal.

En novembre 2013, les délits de cette femme de 46 ans avaient causé une vive inquiétude au centre-ville de Trois-Rivières. Dans la soirée du 10 novembre, elle avait en effet agressé deux inconnues à la pointe d'un couteau. Dans un premier temps, elle s'était attaquée à une femme qui sortait d'un bar.

La voyant trébucher dans un stationnement, elle s'était approchée d'elle pour lui réclamer de l'argent. Elle avait alors un couteau jaune dans la main et portait un chandail à capuchon qui lui masquait le visage. La victime avait tenté de la repousser mais en vain. Linda Laprise lui avait plutôt lacéré le visage en lui coupant le bout du nez.

Peu de temps après, elle avait menacé une serveuse d'un bar qui venait de terminer son quart de travail et attendait sur le trottoir son raccompagnement. Celle-ci avait réussi à prendre la fuite en lui indiquant que l'argent se trouvait à l'intérieur du bar. Elles avaient donc cogné à la porte mais quand le portier avait ouvert, la serveuse en avait profité pour retourner dans le bar, laissant Linda Laprise en plan à l'extérieur. Elle n'avait pour sa part subi aucune blessure physique.

Ces deux événements avaient suscité une certaine confusion. Au départ, les policiers croyaient être à la recherche d'un homme compte tenu de la description donnée par les victimes. C'est le portier du bar qui avait modifié la donne en décrivant plutôt le suspect comme une femme ayant une voix très rauque de fumeuse.

L'enquête a pris fin le 20 décembre à la suite d'un autre vol qualifié. Linda Laprise s'était en effet rendue au restaurant Chez Théo pour exiger le contenu du tiroir-caisse. Elle était encore une fois armée de son couteau jaune. Elle avait pris la fuite quand la serveuse s'était mise à hurler dans le restaurant. La suspecte avait été arrêtée peu de temps après. Compte tenu des informations dont les policiers disposaient (voix, couteau jaune et chandail), les policiers avaient été capable d'établir des liens avec les agressions du centre-ville.

Elle avait par la suite comparu mais avait pu reprendre sa liberté sous conditions. Or, elle a omis à quelques reprises de respecter ces conditions notamment en ce qui concerne l'abstinence face à l'alcool et son couvre-feu. Elle est donc détenue présentement.

Jeudi, son avocate, Me Karine Bussières, a demandé au juge Guy Lambert la confection d'un rapport présentenciel. Cette évaluation devrait pouvoir aider le tribunal à rendre une sentence appropriée. Linda Laprise n'a qu'un seul antécédent et il date de quelques années. La cause a donc été reportée au 26 février.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer