60 chefs d'accusation contre Keven Lapierre

Pas moins de 60 chefs d'accusation ont été portés, hier, contre Keven Lapierre... (Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste)

Agrandir

Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Nancy Massicotte
Nancy Massicotte
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Pas moins de 60 chefs d'accusation ont été portés, mardi, contre Keven Lapierre pour une kyrielle de vols commis à Louiseville au cours des derniers mois. Le jeune homme de 22 ans doit en effet répondre à 55 accusations de vol et tentative de vol, une de fraude avec une carte de crédit, une autre de tentative de fraude, une de possession de marijuana et, enfin, deux dernières pour des bris de probation.

À la lumière des accusations portées contre lui, Lapierre n'aurait pas chômé entre le 4 octobre et le 12 janvier dernier, se livrant à plusieurs vols de tout acabit et ce, plusieurs fois la même journée. Pas de congé non plus les soirs de festivités puisqu'il aurait sévi les 24 décembre, 31 décembre et 1er janvier notamment.

On lui reproche ainsi 28 vols et quatre tentatives de vol dans des véhicules, cinq vols auprès d'individus, une fraude par carte de crédit, une tentative de fraude, trois introductions par effraction et vols dans des résidences privées, trois vols dans des commerces (AIE informatique, Restaurant Pétillant et Sérigraphie Louiseville), cinq vols dans des cabanons, hangars ou garages, deux vols de véhicules tout terrain, trois vols de voitures et enfin, deux vols de courrier.

Parmi les articles qu'il a dévalisés, on compte des appareils électroniques et de communications, des clés, de l'argent - dont des pesos mexicains -, des portefeuilles, des télécommandes de porte de garage, des cartes personnelles, des chèques, des outils, des lunettes de soleil, des bâtons de hockey, du tabac, des bottes, etc. Le suspect a également poussé l'audace jusqu'à s'emparer d'une trousse de diabète, de médicaments, d'une insigne de police du SPVM et... d'une boîte de beignes.

Compte tenu de ses antécédents judiciaires, la Couronne s'est objectée à sa remise en liberté. Son enquête sur caution a été fixée à demain pour la forme à la demande de son avocat, Me Pierre Spain.

Rappelons que les policiers de la Sûreté du Québec ont procédé lundi à son arrestation dans un logement de la rue Notre-Dame Nord. Ce dernier faisait alors l'objet d'un mandat d'arrestation pour un vol à l'étalage au commerce AIE informatique à Louiseville.

Lorsqu'il a été arrêté, il aurait d'ailleurs tenté de fuir les policiers. Lorsque les enquêteurs de la MRC de Maskinongé se sont présentés à ce logement, il aurait sauté en bas du deuxième étage dans l'espoir de les semer mais il a rapidement été attrapé et arrêté.

Au moment de tous ses crimes, il faisait en effet l'objet d'une probation qui lui ordonnait de garder la paix et d'avoir une bonne conduite et qui lui interdisait d'avoir de la marijuana en sa possession.

Selon la Sûreté du Québec, Lapierre commettait ses vols la nuit en se déplaçant à pied. Il sondait les portes des véhicules, cabanons et résidences et lorsqu'elles n'étaient pas verrouillées, il entrait tout simplement. Même chose pour les véhicules volés. Il s'emparait de ceux dont la clé était dans l'allumage.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer