Pornographie juvénile: Denis Nadeau plaide coupable

Au stade de son procès, Denis Nadeau de Trois-Rivières a finalement décidé de... (Photo: Émilie O'Connor)

Agrandir

Photo: Émilie O'Connor

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Nancy Massicotte
Nancy Massicotte
Le Nouvelliste

Au stade de son procès, Denis Nadeau de Trois-Rivières a finalement décidé de régler ses dossiers, jeudi, en plaidant coupable à des chefs de possession et accession à de la pornographie juvénile.

Ce présumé cyberpédophile avait été arrêté en novembre 2013 dans le cadre du projet Mainmise de la Sûreté du Québec. C'est par le biais d'un logiciel utilisé par la SQ, le Child protection system (CPS), que le suspect avait été repéré.

Cet outil permet en effet de détecter les ordinateurs qui téléchargent des fichiers de pornographie juvénile et de retracer leurs utilisateurs à même l'adresse IP. Denis Nadeau aurait téléchargé deux fichiers vidéo entre le 2 et le 3 juillet 2013. Sur ces fichiers, des fillettes âgées de 3 ans et 8 ans étaient victimes d'agressions sexuelles.

Une perquisition avait donc été effectuée le 21 novembre chez le suspect. Or, à l'arrivée des policiers, les ordinateurs de Denis Nadeau avaient disparu. Ils avaient par contre mis la main sur une clé USB, un vieux disque dur inopérant et une tour d'ordinateur.

Les analyses ont révélé que la tour ne contenait aucun matériel de pornographie juvénile. Toutefois, il y avait sur la clé USB 34 fichiers de pornographie juvénile qui avaient été effacés. Ceux-ci mettaient en scène des fillettes et des bébés agressés sexuellement.

Hier, Nadeau a donc plaidé coupable au chef d'avoir accédé à ce matériel et de l'avoir eu en sa possession. Le chef d'avoir rendu accessible de la pornographie juvénile a cependant été retiré par la Couronne à la suite de discussions avec l'avocate de la défense Me Karine Bussières.

Cependant, le procureur aux poursuites criminelles et pénales, Me Louis-Charles Bal, entend aller plus loin dans cette affaire. Il veut demander une évaluation pour le faire expertiser afin de savoir si le prévenu peut être déclaré délinquant dangereux ou à contrôler. La cause a été remise au 12 janvier.

Dans le passé, Nadeau a en effet écopé d'une peine de 21 mois de prison pour complot visant à commettre des attouchements sexuels sur une fillette de 12 ans et possession de matériel pornographique juvénile.

Lors d'une perquisition réalisée au domicile de Nadeau en 2007, les policiers avaient en effet saisi un DVD et un disque dur contenant 8544 fichiers graphiques de pornographie juvénile et 522 fichiers d'animation. Il a aussi été condamné à une peine de 18 mois pour des agressions sexuelles commises sur des mineures en 2005.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer