Le «Jesse James» québécois a aussi frappé à Trois-Rivières

Pour ne pas se faire reconnaître, le voleur... (PHOTO FOURNIE PAR LA POLICE DE QUÉBEC)

Agrandir

Pour ne pas se faire reconnaître, le voleur utilisait différents accessoires comme des chapeaux, des lunettes-soleil et des fausses dents.

PHOTO FOURNIE PAR LA POLICE DE QUÉBEC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Celui qui est surnommé le «Jesse James» québécois a aussi frappé à Trois-Rivières. Paul Bertrand, 51 ans, est accusé d'une cinquantaine de braquages commis depuis 10 ans dans plusieurs régions du Québec. Il a comparu, mercredi, au palais de justice de Québec.

Sur la liste des quelque 145 accusations portées contre lui, on retrouve un vol commis à Trois-Rivières le 4 mars 2014. En effet, Bertrand est celui qui aurait braqué la banque CIBC au centre-ville de Trois-Rivières.

Brandissant ce qui semblait être une arme, il avait fait irruption dans l'établissement de la rue des Forges et avait exigé de l'argent. Il avait alors le visage dissimulé par un cache-cou et des lunettes. Il avait enfoui son butin dans un sac avant de fuir les lieux. L'enquête a permis de déterminer que son arme était fausse.

Bertrand aurait perpétré ce type de crime non seulement en Mauricie mais aussi dans les régions de Montréal, de Laval, de la Montérégie, des Laurentides et de l'Estrie entre 2003 et 2014. Il ciblait des commerces et des banques. «Ça en fera probablement le plus grand accusé de vols au Québec», a indiqué, mercredi, son avocat Me Vincent Montminy.

Les policiers de la Ville de Québec ont procédé à son arrestation en septembre après qu'il eut présumément commis un autre vol de banque à Loretteville. Auparavant, les services d'enquêtes régionales de la Sûreté du Québec avaient débuté une analyse de cette série de délits afin de déterminer s'il existait un lien entre eux.

À la suite de son arrestation, la Sûreté du Québec a procédé à une perquisition dans un entrepôt de Roxton Pond dans lequel se trouvaient de nombreux accessoires que Bertrand aurait utilisés pour se déguiser lors de ces crimes. Selon Le Soleil, il utilisait des chapeaux, des lunettes de soleil et même des fausses dents pour dissimuler son identité.

Bertrand a peu d'antécédents judiciaires. Il pourrait écoper d'une peine de 10 ans de pénitencier.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer