Procès de Claude Saint-Arnaud: «J'ai perdu le souffle. Je pensais mourir.»

Michel Duval a raconté avoir eu peur de... (Photo: Stéphane Lessard Le Nouvelliste)

Agrandir

Michel Duval a raconté avoir eu peur de mourir lorsque le prévenu l'aurait violemment poussé avec sa main pour le faire basculer sur le sol.

Photo: Stéphane Lessard Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Nancy Massicotte
Nancy Massicotte
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Le procès du Dr Claude Saint-Arnaud, un ophtalmologiste de Trois-Rivières, a commencé, lundi, au palais de justice de Trois-Rivières pour des voies de fait causant des lésions corporelles à un paraplégique.

 Le Dr Claude Saint-Arnaud subit son procès pour... (Photo: Stéphane Lessard Le Nouvelliste) - image 1.0

Agrandir

 Le Dr Claude Saint-Arnaud subit son procès pour voies de fait causant des lésions corporelles. Il partage la vie de l'ancienne conjointe de M. Duval.

Photo: Stéphane Lessard Le Nouvelliste

Les faits qui lui sont reprochés auraient été commis le 4 juin 2010. Le spécialiste aurait violemment poussé la présumée victime Michel Duval au thorax, au point de l'éjecter de son fauteuil roulant et de le faire tomber au sol sur le dos. Le prévenu aurait ensuite quitté les lieuxen le laissant étendu sur la chaussée.

M. Duval a ensuite dû être transporté à l'hôpital pour des blessures au dos, au cou, à la tête et au coude. Il a pu obtenir son congé quelques heures plus tard. Il soutient par contre avoir des séquelles de cet événement.

Les deux hommes avaient des relations tendues depuis 2008. C'est que le Dr Saint-Arnaud fréquente l'ex-conjointe de M. Duval. Ils auraient notamment eu des prises de bec à cause de la garde des enfants et les pensions alimentaires.

Dans les semaines qui ont précédé l'incident du 4 juin, le garçon de M. Duval demeurait d'ailleurs chez sa mère et le Dr Saint-Arnaud même si les parents avaient une garde partagée. Or, selon la présumée victime, sa présence aurait déplu au Dr Saint-Arnaud qui l'aurait appelé dans l'après-midi pour l'invectiver sous prétexte qu'il n'avait plus de «break».

Quelques heures plus tard, soit vers 18 h, M. Duval a vu arriver le véhicule de M. Saint-Arnaud. Il était alors en train de faire du ménage devant sa maison. «Il est débarqué en courant et s'est dirigé vers moi en me criant: Toi mon tab..., ça fait longtemps que je veux t'en crisser une''.»

«Les yeux lui sortaient de la tête, les veines de son cou étaient enflées. C'était la première fois que je voyais un gars enragé de même. Il avait le bras droit dans les airs», a raconté M. Duval.

Le prévenu l'aurait alors violement poussé. Il serait tombé sur le dos directement sur la chaussée en se cognant la tête. «J'ai perdu le souffle. Je pensais mourir. J'ai vraiment failli me casser le cou car le trottoir était proche. La dernière affaire que je veux est de m'empirer. Je préfère mourir plutôt que de devenir quadraplégique. Ça fait 30 ans que je suis paraplégique. Je suis bien chanceux d'avoir mes bras», a-t-il ajouté.

Dans le cadre du contre-interrogatoire, l'un des avocats du prévenu, Me Simon Ricard - l'autre étant Me Louis-R. Lupien - a toutefois tenté de miner sa crédibilité en s'attaquant à sa réputation, ses revenus, son véritable état d'esprit lors de sa rupture avec sa conjointe. Il a aussi tenté de faire ressortir certaines contradictions dans son témoignage.

Le procès va se poursuivre mardi. La procureure de la Couronne Me Marie-Ève Paquet devrait notamment faire témoigner la physiatre qui assure le suivi médical de M. Duval.

Le Dr Saint-Arnaud fait également l'objet d'une poursuite de 300 000 $ pour dommages corporels intentée par M. Duval.

Rappelons par ailleurs que Claude Saint-Arnaud a déjà été arrêté dans le passé pour des présumés voies de fait commis contre une femme en août 2008, septembre 2009 et mars 2012. La plainte avait toutefois été retirée.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer