Pornographie juvénile: arrestation d'un récidiviste 

Marc-Alexandre Piché a comparu, vendredi après-midi, au palais... (Photo d'archives, Le Nouvelliste)

Agrandir

Marc-Alexandre Piché a comparu, vendredi après-midi, au palais de justice de Shawinigan, sous des accusations de possession et distribution de pornographie juvénile et d'avoir accédé à ce matériel illicite.

Photo d'archives, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Shawinigan) Les policiers de la Sûreté du Québec ont procédé à l'arrestation de Marc-Alexandre Piché à son domicile de Sainte-Thècle, vendredi matin, relativement à des infractions en matière de pornographie juvénile. Une quantité impressionnante de documents compromettants auraient été trouvés chez lui. Selon certaines sources, une telle saisie serait du jamais vu dans la région.

«Plusieurs centaines de milliers de fichiers ont déjà été retrouvés et l'analyse du matériel saisi n'est pas encore complétée», a expliqué le sergent Hugo Fournier, porte-parole de la Sûreté du Québec. 

L'homme de 32 ans n'en est pas à ses premières frasques dans ce domaine. En effet, il avait été arrêté à l'automne 2003 également pour une affaire de pornographie juvénile. 

Piché a comparu, vendredi après-midi, au palais de justice de Shawinigan, sous des accusations de possession et distribution de pornographie juvénile et d'avoir accédé à ce matériel illicite. La période des infractions se situe entre le 1er janvier 2010 et le 20 novembre 2014.

Compte tenu de ses antécédents, la procureure de la Couronne, Me Sarah Beaudry-Leclerc, s'est objectée à sa remise en liberté. L'avocat du prévenu, Me Serge Milette, a demandé à ce que l'enquête sur caution soit fixée au 3 décembre. 

Les policiers ont procédé à une perquisition au domicile de Marc-Alexandre Piché vendredi matin. C'est une information du public qui a initié l'enquête.

Après l'émission d'un mandat, il a été arrêté par les enquêteurs du poste de la MRC de Mékinac et des Services d'enquêtes régionales de la Sûreté du Québec. 

Lors de son arrestation en 2003, quelque 827 images de pornographie juvénile et une centaine de vidéos avaient été découvertes sur son ordinateur par la Sûreté du Québec.

Piché s'était fait prendre après avoir répondu à l'annonce d'une mère qui cherchait une gardienne pour sa fillette de 8 ans. Il avait demandé à la dame dans des termes très crus si son enfant était prête à lui faire des fellations et à se laisser toucher. Dégoûtée, la femme avait contacté les policiers. Piché avait alors écopé d'une sentence de 18 mois de prison dans la collectivité assortie d'une thérapie en milieu fermé dans un centre de transition. Lors de cette enquête, il avait été établi que Piché passait plusieurs heures par jour sur Internet à communiquer avec des jeunes filles mineures ou à visionner et à stocker des images de pornographie juvénile. 

Toute information sur cet homme et ses agissements peut être communiquée à la Centrale de l'information criminelle au 1 800 659-4264.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer