Agression sexuelle sur une fillette: Patrick Bachand plaide coupable

Patrick Bachand... (Stéphane Lessard)

Agrandir

Patrick Bachand

Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Nancy Massicotte
Nancy Massicotte
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Patrick Bachand a plaidé coupable, jeudi après-midi, à l'accusation d'avoir agressé sexuellement une fillette de cinq ans entre le 1er août 2014 et le 7 octobre 2014.

Il a en effet admis devant le juge Bruno Langelier s'être livré à des délits sexuels. Tel que l'a raconté la procureure de la Couronne, Me Catherine Roberge, les pulsions sexuelles de Bachand ont été exacerbées lorsque la petite fille a commencé à découvrir son propre corps. Il l'a donc masturbée à quelques reprises et lui a demandé de se masturber sur lui. Il a aussi incité sa victime à lui caresser les parties génitales.

Les plaidoiries sur sentence ont été reportées à une date ultérieure, soit le 30 janvier. Toutefois, aucun rapport sexologique ni présentenciel n'a été demandé. La Couronne a en effet expliqué au juge Langelier que ces rapports existaient déjà, compte tenu des antécédents judiciaires de Bachand en semblable matière. Elle a donc demandé un peu de temps pour mettre la main sur ces rapports en prévision des plaidoiries.

Et puisque Bachand a déjà suivi une thérapie dans le passé et reconnaît ses problématiques de déviance sexuelle et de consommation, il n'est pas impossible que Me Roberge et Me Karine Bussière à la défense, présentent une suggestion commune de sentence au juge. La peine risque fort d'être purgée au pénitencier.

En effet, Bachand, 36 ans, de Trois-Rivières, a déjà été condamné à 30 mois de pénitencier pour avoir agressé sexuellement deux fillettes. Ses premières agressions remontent en 1995. Bachand avait profité du sommeil d'une jeune fille pour abuser d'elle sexuellement. Il lui avait ensuite ordonné de garder le silence, ce qu'elle avait fait pendant six ans.

En 2001, il avait violé une autre petite fille qu'il gardait chez lui. Il lui avait même inséré un bas dans la bouche pour éviter que l'enfant de huit ans ne crie. Quand cette deuxième histoire de viol avait été dévoilée au grand jour, la première victime avait alors dénoncé les agissements de Bachand. En 2002, il avait écopé d'une sentence de 30 mois de pénitencier pour ses crimes.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer