Accident mortel: une plate-forme élévatrice doit être modifiée

Mathieu Vermot est chef d'équipe en prévention et... (Photo: François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Mathieu Vermot est chef d'équipe en prévention et en inspection à la direction de la Mauricie et du Centre-du-Québec de la CSST.

Photo: François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) La popularité d'un modèle de plate-forme élévatrice automotrice impliquée dans un accident de travail mortel à Victoriaville incite la Commission de la santé et de la sécurité du travail à avertir les propriétaires de cet équipement de la nécessité d'apporter les correctifs requis afin d'éviter la répétition d'un tel drame.

La CSST a rendu public mercredi son rapport d'enquête menée à la suite du décès en mars de Gérald Dargy, un employé d'une entreprise de location d'outils et d'équipements de Victoriaville. La victime est morte écrasée entre le compartiment hydraulique de cette plate-forme élévatrice et le plancher de l'équipement après avoir actionné accidentellement le bouton de descente d'urgence de ladite plate-forme.

M. Dargy était en train de conclure des travaux d'entretien de la plate-forme. En se préparant à effectuer des retouches de peinture, il a voulu protéger certaines parties de l'équipement en disposant des plastiques. Il s'est malencontreusement appuyé sur le dispositif de descente d'urgence.

Comme l'indique Mathieu Vermot, chef d'équipe en prévention et en inspection à la direction régionale de la CSST, le problème réside dans le fait que le dispositif de descente d'urgence des modèles PH-34 et PH-40 de la Plafolift est libre de tout mécanisme de protection.

«Le positionnement et la conception du dispositif permettent son activation accidentelle. À la suite de notre intervention, notre action a été de rendre les lieux sécuritaires. On a demandé des correctifs. C'est très simple: il faut encastrer le bouton pour protéger le dispositif contre une activation accidentelle», raconte M. Vermot, en se basant sur une norme de sécurité concernant les plate-formes élévatrices.

Selon les statistiques fournies par la CSST, 39 travailleurs ont perdu la vie entre 2009 et 2013 après avoir été écrasés ou coincés par des équipements ou des objets. L'accident survenu en mars à Victoriaville a toutefois été le premier du genre à survenir.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer