Pornographie juvénile: nouvelle accusation contre un ex-enseignant

Marc Deschênes a maintenant pris sa retraite de... (Photo: Audrey Tremblay, Le Nouvelliste)

Agrandir

Marc Deschênes a maintenant pris sa retraite de l'enseignement.

Photo: Audrey Tremblay, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Audrey Tremblay
Le Nouvelliste

(La Tuque) Une nouvelle accusation a été déposée contre Marc Deschênes, cet ex-enseignant de l'école secondaire Champagnat à La Tuque récemment accusé de possession de pornographie juvénile. L'homme devra désormais répondre à une accusation de distribution de pornographie juvénile.

On reproche à l'individu d'avoir, entre le 4 novembre 2012 et le 27 août 2014, distribué de la pornographie juvénile. L'individu de 56 ans, qui est actuellement en liberté sous de nombreuses conditions, sera de retour devant la cour en janvier prochain pour la suite des procédures judiciaires.

Rappelons que l'homme aurait eu en sa possession des fichiers de pornographie juvénile selon l'enquête menée par la Sûreté du Québec, qui avait conduit à son arrestation. Une perquisition avait été faite à son domicile à La Tuque, et du matériel informatique avait été saisi.

Il faut également souligner que l'homme n'est plus à l'emploi de la Commission scolaire de l'Énergie. Au moment de son arrestation, les dirigeants l'avaient suspendu sans solde puisque ses conditions lui interdisaient de se trouver en présence de personnes mineures et qu'il n'était donc pas en mesure de fournir une prestation de travail.

Marc Deschênes a entre-temps pris sa retraite. «Le Conseil des commissaires a accepté la demande de retraite de M. Deschênes», a confirmé Denis Lemaire, directeur général de la Commission scolaire de l'Énergie.

Lors son passage à la cour en septembre dernier, Marc Deschênes s'est engagé à respecter plusieurs conditions pour recouvrer sa liberté. Il ne peut pas, entre autres, se trouver en présence de personnes de moins de 18 ans. Il lui est interdit également de se trouver dans un parc public ou une zone publique où il est permis de se baigner s'il y a des personnes âgées de moins de 18 ans ou s'il pouvait y en avoir, une garderie, une école, un terrain d'école, un terrain de jeu ou un centre communautaire.

Il lui est aussi défendu de chercher, d'accepter ou de garder un emploi, rémunéré ou non, ou un travail bénévole qui le placerait en relation de confiance ou d'autorité vis-à-vis des personnes mineures.

Il est également dans l'interdiction de posséder ou d'utiliser un ordinateur ou tout autre appareil de télécommunication ou de téléphonie cellulaire. Il ne peut pas non plus se connecter à Internet ou à d'autres réseaux.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer