Éric Lafrance acquitté de délits sexuels

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Nancy Massicotte
Nancy Massicotte
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Éric Lafrance a été acquitté, mardi, des chefs d'agression sexuelle et d'attouchements sexuels sur une mineure de 13 ans qui pesaient contre lui.

Même s'il ne peut nier totalement la possibilité que des gestes à caractère sexuel aient pu être posés, le juge Jacques Trudel a conclu que la preuve de la Couronne ne permettait pas de conclure hors de tout doute raisonnable à la culpabilité d'Éric Lafrance.

Rappelons que ce dernier avait subi son procès en mai et août dernier. La présumée victime soutenait que Lafrance, 39 ans, se serait livré à des attouchements sexuels alors qu'elle était en visite chez lui en juillet 2007. Elle était alors âgée de 13 ans.

Il aurait profité de leur présence dans un spa pour lui caresser la jambe et la cuisse avec sa main pour ensuite se servir de son pied pour lui toucher les parties génitales. Au cours de la même soirée, il aurait tenté de la caresser une autre fois dans une roulotte. Puis, alors qu'elle était couchée dans une tente, il lui aurait touché les parties génitales.

Dans le cadre du contre-interrogatoire, l'avocat de la défense, Me Bertrand Jacob avait fait ressortir certaines contradictions et imprécisions dans son témoignage, notamment sur les événements survenus dans le spa et dans la tente.

Or, le juge a noté que la version de la jeune fille soulevait en effet certaines interrogations. «Les gestes sont trop vagues et imprécis pour conclure que des actes sexuels ont été portés quant à leur nature et leur intention», a-t-il mentionné.

Il a aussi mentionné que le prévenu aurait fait preuve de beaucoup de témérité en posant de tels gestes en présence d'un membre de sa famille qui, a-t-il précisé, n'a pas témoigné dans le cadre de ce procès.

En ce qui concerne les événements survenus dans la roulotte, il les considère trop éloignés d'un réel contact sexuel.

Toujours selon le tribunal, les gestes les plus significatifs demeurent ceux qui auraient pu être perpétrés dans la tente mais encore là, ils soulèvent de nombreuses interrogations compte tenu de la position adoptée par la présumée victime dans la tente.

Il l'a donc acquitté des accusations portées contre lui. Par contre, Lafrance n'en a pas fini avec la justice. Le 18 novembre, il devrait connaître sa sentence pour des actes de violence commis sur une femme entre 2000 et 2011 et pour lesquels il a plaidé coupable.

Il est également accusé d'agression sexuelle sur une autre femme entre juillet et octobre 2008. Son procès devrait se poursuivre le 24 novembre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer