Un haut gradé du service des incendies suspendu sans solde pour six semaines

Un haut gradé du Service de sécurité incendie... (Photo: Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

Un haut gradé du Service de sécurité incendie de la Sécurité publique de Trois-Rivières a été suspendu sans solde pour avoir mis en danger lors d'interventions les pompiers sous ses ordres de même que des citoyens. Les faits reprochés se sont déroulés du 23 août au 2 octobre. Durant cette période, il y a eu notamment l'incendie sur la rue Sainte-Julie.

Photo: Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Un haut gradé du Service de sécurité incendie de la Sécurité publique de Trois-Rivières a été suspendu sans solde pour une période de six semaines consécutives pour avoir mis en danger lors d'interventions les pompiers sous ses ordres de même que des citoyens. La Ville lui reproche également d'avoir fait preuve de laxisme dans la rédaction de rapports.

Le maire de Trois-Rivières, Yves Lévesque, n'est pas fier du haut gradé de la Sécurité publique. Il soutient que ses agissements auraient pu avoir «des conséquences dangereuses» pour des pompiers, mais aussi pour des citoyens.

Les faits reprochés au cadre de la Sécurité publique se sont déroulés du 23 août au 2 octobre. Le haut gradé, responsable du déploiement des équipes de sapeurs, a lors de cette période «omis d'agir avec diligence et efficacité à l'occasion de quatre interventions».

De plus, le cadre a «fait preuve de négligence le 7 juillet 2014 en omettant d'effectuer le travail qu'il devait faire» et a «fait preuve de négligence dans la rédaction de rapports».

«Il n'a pas mis la rigueur qu'il devait mettre dans son travail. C'est important pour nous», affirme de son côté Yvan Toutant, porte-parole à la Ville de Trois-Rivières. «Il n'y a pas de passe-droit pour les cadres.»

La Ville de Trois-Rivières affirme que cette suspension de six semaines du haut gradé est imposée, car «il s'agit d'une question de sécurité des citoyens».

«Pour nous, c'est une question de sécurité publique», ajoute M. Toutant.

Du 23 août au 2 octobre, les pompiers de Trois-Rivières ont notamment dû combattre deux incendies majeurs, celui de la rue Hart survenu le 23 août de même que celui de la rue Sainte-Julie, le 9 septembre. La Ville n'a toutefois pas voulu identifier les interventions où le haut gradé des pompiers a mal fait son travail.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer