Maison de débauche: Roxane Belleau risque la prison ferme

Roxane Belleau... (Photo: François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Roxane Belleau

Photo: François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

Roxane Belleau risque d'amorcer l'année 2015 en prison. Celle qui a été trouvée coupable d'avoir tenu une maison de débauche et d'avoir fait du trafic de drogues à l'ancien motel Turco est maintenant en attente de la décision de la juge Guylaine Tremblay, décision qui sera rendue le 19 janvier.

Les représentations sur sentence ont eu lieu jeudi après-midi au palais de justice de Trois-Rivières. Me Julien Beauchamp-Laliberté, avocat de la Couronne, a rappelé à la présidente de la cour que Roxane Belleau, 29 ans, était réceptionniste à l'ancien motel Turco au moment de la frappe policière du 30 mars 2012 pour proxénétisme et trafic de stupéfiants. La preuve a révélé qu'elle était responsable de prendre les appels, de jouer à la répartitrice entre les clients et les prostituées et de vendre notamment de la cocaïne et de la marijuana.

Des agents d'infiltration de la police trifluvienne ont transigé avec Roxane Belleau durant leur enquête. Selon la preuve, il suffisait d'entrer à la réception du motel et de déposer 20 $ sur le comptoir pour obtenir un quart de gramme de coke.

Roxane Belleau habite Québec. Elle est arrivée à Trois-Rivières il y a un peu plus de deux ans pour s'éloigner de fréquentations criminalisées. Elle avait un passé de danseuse nue et d'escorte à son actif.

Comme l'a expliqué son avocat, Me Yvan Braun, son arrivée au motel Turco devait uniquement lui permettre de travailler comme escorte. Toutefois, le poste de réceptionniste lui a été offert, mais il comportait l'obligation de vendre de la drogue, ce qu'elle a accepté. Elle a aussi marchandé ses charmes.

Considérée comme étant une dépendante affective et consommatrice occasionnelle de drogues, Roxane Belleau tente de se faire une nouvelle vie en étant de retour sur les bancs d'école. Ces aspects ont été évoqués par Me Braun lors de sa suggestion de sentence à la juge Tremblay. Me Braun estime qu'une peine de 12 mois dans la collectivité servirait les intérêts de la justice, étant donné qu'elle n'était qu'un pion au sein de l'organisation,.

Me Beauchamp-Laliberté croit que 12 mois de prison représentent une peine raisonnable, à condition d'être purgée derrière les barreaux. Rappelant qu'elle a succombé à l'appât du gain, Me Beauchamp-Laliberté a insisté sur la vente de stupéfiants réalisée par Roxane Belleau, un crime qui doit être dénoncé sérieusement.

C'est à la suite des représentations sur sentence que la juge Tremblay a avisé Roxane Belleau que le verdict qu'elle rendra dans quelques mois risque d'être une peine de prison ferme. Cette déclaration de la juge a fait craquer la jeune femme qui n'a pu retenir ses larmes.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer