La saga Jason Dubé enfin réglée

Pendant cette saga, les policiers de la SPTR... (Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Pendant cette saga, les policiers de la SPTR avaient manifesté leur mécontentement en portant notamment un brassard rouge, en appui à leur collègue Jason Dubé

Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Quatre ans après avoir été blessé lors d'une intervention policière, l'agent Jason Dubé pourra enfin réintégrer son poste de patrouilleur au sein de la Sécurité publique de Trois-Rivières.

Au cours des dernières semaines, une entente est intervenue entre la Ville et l'Association des policiers et pompiers de Trois-Rivières. Le document a été entériné par le conseil municipal, lundi après-midi lors d'une séance du comité exécutif tandis que le syndicat doit apposer sa signature au bas de l'entente jeudi. Quant à Jason Dubé, il devrait être de retour à bord de son autopatrouille à compter de la semaine prochaine.

Évidemment, la conclusion de cette longue saga aux nombreux rebondissements représente un heureux dénouement pour les deux parties au coeur du litige Il faut dire que les relations se sont considérablement envenimées pendant ce conflit. L'APPTR avait même adopté une motion de non-confiance envers la direction de la SPTR, en décembre 2013. Comme la SPTR estimait que l'agent Dubé ne pouvait retrouver son poste de patrouilleur, celui-ci risquait le congédiement.

«Le dossier est terminé. L'objectif au départ était de réintégrer Jason Dubé au travail. L'objectif a été atteint et il a été atteint par la voie de la négociation, a commenté le président de l'APPTR, Louis Lesage. Ça va permette au lien patronal-syndical de se rétablir. C'est certain que ça va avoir une répercussion positive sur tout le reste.»

À la Ville de Trois-Rivières, la porte-parole Chantale Carignan parlait également d'un accord positif. «Il s'agit d'une bonne nouvelle puisque c'est une entente à l'amiable qui est intervenue à la satisfaction de tous», a-t-elle indiqué.

Constats d'infraction annulés

Même si un accord de confidentialité a été conclu entre le syndicat et la Ville à propos des modalités de cette entente, il a néanmoins été permis d'apprendre que les constats d'infraction auxquels l'administration municipale faisaient face seront annulés. En fait, toutes les contestations, tant du côté de l'employeur que du syndicat, ont été retirées, en vertu de l'entente, a confirmé Mme Carignan.

Entre le 31 juillet et le 26 août, la Commission de la santé et de la sécurité du travail (CSST) avait émis un constat d'infraction par jour à la Ville de Trois-Rivières puisqu'elle ne respectait pas un jugement qui avait été rendu. En tout, la Ville avait reçu 27 constats totalisant 34 128 $ et un plaidoyer de non-culpabilité avait été enregistré le 10 septembre. Cette accumulation de constats d'infraction ne représentait qu'un nouveau chapitre à cette dispute entre l'employeur et le syndicat.

En novembre 2013, la tension avait grimpé alors que les policiers utilisaient l'expression «Centrale à Gobeil», en référence à leur directeur Francis Gobeil, pour communiquer entre eux sur les ondes. Le dossier s'était même rendu devant la Commission des relations du travail qui avait donné raison à l'APPTR.

Puis, en avril, la CSST a déclaré l'agent Dubé apte à réintgérer ses fonctions de patrouilleur. Or, cette même journée, la Ville a contesté cette décision en réclamant une contre-expertise. Quelques jours plus tard, on apprenait que le patrouilleur retournait à son poste sur le terrain, en attente de la contre-expertise exigée par la Ville. Au terme de ces démarches, la Ville a aussi demandé à la Commission des lésions professionnelles de trancher.

Finalement, plutôt que devoir s'en remettre à une décision d'une tierce partie, la Ville de Trois-Rivières et l'APPTR ont réussi à négocier une entente. Le 5 septembre, une entente de principe est intervenue et le document initial a été peaufiné au fil des dernières semaines pour enfin être entériné lundi à l'hôtel de ville.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer