Triple meurtre: les plaidoiries sur sentence reportées

Les plaidoiries sur sentence de l'adolescent de 16 ans... (Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Les plaidoiries sur sentence de l'adolescent de 16 ans qui a abattu trois personnes sur la rue Sicard à Trois-Rivières le 11 février dernier, ont été reportées.

Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Nancy Massicotte
Nancy Massicotte
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Les plaidoiries sur sentence de l'adolescent de 16 ans qui, par dépit amoureux, a froidement abattu trois personnes sur la rue Sicard à Trois-Rivières le 11 février dernier, ont été reportées.

Les journées des 27, 28, 29 et 30 octobre avaient en effet été réservées mais les résultats des rapports d'évaluation pédopsychiatrique et psychologique de l'Institut Philippe-Pinel sont venus modifier les plans.

La Couronne a demandé au juge Bruno Langelier de remettre les plaidoiries à une date ultérieure pour lui permettre de réaliser une contre-expertise psychologique. La Défense, représentée par Me David Guévin, ne s'est pas opposée à cette demande car elle désire elle aussi faire des vérifications supplémentaires.

La cause a donc été reportée pour la forme au 21 novembre. On devrait alors tenter de trouver des dates en 2015. L'exercice risque toutefois d'être complexe car les plaidoiries sur sentence pourraient s'étirer non pas sur quatre jours, comme c'était prévu initialement, mais sur huit jours au total. Des experts risquent en effet de s'affronter dans ce débat qui portera principalement sur la requête en assujettissement.

C'est que la Couronne veut que le jeune homme puisse purger une peine pour adulte. La peine prévue pour le meurtre au premier degré est la prison à perpétuité. Toutefois, le Code criminel prévoit des distinctions sur la période d'admissibilité à une libération conditionnelle. Puisqu'il avait 16 ans au moment des crimes, le jeune serait donc éligible à une libération après 10 ans et non 25 ans comme c'est le cas pour un adulte.

On sait que l'auteur de ce triple meurtre a plaidé coupable le 23 juin dernier à toutes les accusations portées contre lui, soit trois chefs de meurtre au premier degré en assassinant les deux soeurs et le copain de l'une d'elles. Il avait aussi admis avoir comploté avec un coaccusé pour tuer la jeune fille dont il était tombé amoureux, le copain et la mère de celle-ci de même que plusieurs policiers qui auraient été appelés à intervenir dans ce drame.

Quant au coaccusé dans cette affaire, qui est âgé de 17 ans, il a été cité à subir son procès sur les accusations telle que portées contre lui, soit trois chefs de meurtre prémédité et trois autres de complot pour meurtre. Notons toutefois que son avocat, Me René Duval, n'avait pas contesté le renvoi lors de l'enquête préliminaire. La cause a été reportée au prochain terme des assises le 15 décembre. À cette date, des dates de procès pourraient être fixées.

Ce sera éventuellement un juge de la Cour supérieure qui présidera ce procès mais ce sont les règles de droit du Tribunal de la jeunesse qui seront néanmoins appliquées. Tout comme pour le coaccusé, ce n'est qu'au stade de la sentence qu'il pourrait être assujetti à une peine pour adultes s'il est reconnu coupable.

Rappelons que le matin du 11 février, une adolescente et son copain, tous deux âgés de 17 ans, et la soeur de celle-ci, âgée de 22 ans, ont été tués par balles dans une résidence de la rue Sicard à Trois-Rivières. Les suspects avaient par la suite quitté les lieux avant d'être arrêtés par les policiers. C'est une histoire de coeur qui serait à l'origine de ce drame.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer