Le coroner confirme l'assassinat de Yanick Loyer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Retrouvé mort en Équateur dans des circonstances nébuleuses au mois d'août 2012, le présumé trafiquant Yanick Loyer semble bel et bien avoir été assassiné.

C'est du moins la conclusion à laquelle en arrive le coroner Michel Ferland dont le rapport a été rendu public, mardi, où on y apprend notamment que l'homme de 43 ans a été retrouvé avec une importante plaie au cou pouvant possiblement avoir été causée par un couteau.

D'autre part, dans le rapport d'autopsie effectué au département médico-légal de Pichincha en Équateur à la suite de la découverte du corps de Loyer, on y apprenait qu'il avait la tête brûlée au troisième degré sur toute sa superficie. En fait, 95 % de son corps affichait des brûlures entre les deuxième et quatrième degrés.

Compte tenu de son état, il a fallu recourir à l'expertise odontologique (médecine dentaire) pour parvenir à l'identifier.

Quant à l'analyse toxicologique, elle a révélé la présence de cocaïne de midazolam (un puissant sédatif) et de diphenhydramine (un médicament servant à traiter les symptômes allergiques) dans son système.

En ajoutant à ces constatations que le défunt avait également un fémur fracturé tout comme trois doigts de la main droite, le coroner mentionne que «selon toute vraisemblance, ce décès est un homicide.»

Rappelons que le cadavre carbonisé du Québécois originaire de Princeville avait été trouvé le 7 août 2012 dans la province de Pichincha. Son décès a été estimé vers le 4 août.

Le 19 décembre 2013, la dépouille de Loyer est arrivée au Canada avant de faire son entrée au Laboratoire des sciences judiciaires et de médecine légale le 12 janvier 2014 pour y être analysée.

Peu de temps avant son décès, Yanick Loyer avait fait l'objet en juin 2012 d'un mandat d'arrestation de la Sûreté du Québec dans le cadre de l'opération Liasse qui avait permis de démanteler un important réseau de trafic de cannabis qui opérait en Montérégie et au Centre-du-Québec. Selon la SQ, Loyer était la tête dirigeante du réseau. En raison du décès du présumé trafiquant, le dossier est clos à la SQ.

De son côté, Revenu Québec était également aux trousses de l'homme de 43 ans alors qu'on lui réclamait 137 000 $ pour impôts et taxes non retournées.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer