Alex Mineau Simoneau coupable de voies de fait

Alex Mineau Simoneau... (Photo: François Gervais)

Agrandir

Alex Mineau Simoneau

Photo: François Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Alex Mineau Simoneau a eu droit à un sursis de sentence, vendredi, après avoir été déclaré coupable de voies de fait causant des lésions corporelles et de bris d'engagement.

Le jeune homme devra cependant verser un don de 1000 $ à Accord Mauricie. Et à partir de maintenant, il devra également respecter une probation de deux ans au cours de laquelle il devra garder la paix et avoir une bonne conduite, ne pas communiquer avec la victime, ne pas se rendre à sa résidence, à son lieu de travail ni même au Pub À la vie où le crime a été commis.

Alex Mineau Simoneau purge depuis septembre 2013 une peine de 42 mois de prison pour conduite dangereuse causant la mort de Roxanne Belomo et Jonathan Roy. La collision frontale était survenue en mars 2011 lors d'un accident sur l'autoroute 55 à Saint-Wenceslas. Par contre, l'individu sera bientôt admissible à une libération conditionnelle. Il se propose donc de participer à un processus thérapeutique en s'inscrivant à la Maison Carignan en lien avec sa consommation de cannabis.

C'est justement en tenant compte de ses chances de réhabilitation, de l'absence d'une propension au crime et de l'effet dissuasif que la peine de prison déjà purgée dans l'autre cause a eu sur lui que le juge Bruno Langelier a décidé de surseoir au prononcé de la sentence, optant davantage pour l'encadrement.

L'avocat de Mineau Simoneau, Me Michel Lebrun, avait suggéré l'imposition d'une amende ou une peine concurrente alors que le procureur de la Couronne,

Me Pierre Alexandre Bernard, avait plutôt demandé une peine consécutive d'une durée de six à neuf mois.

Rappelons que le 26 novembre 2012, pendant qu'il bénéficiait d'une liberté sous conditions dans le cadre des procédures judiciaires pour l'accident mortel, il a infligé des lésions corporelles à un homme. Mineau Simoneau s'était rendu au Pub À la vie avec un ami, Moulaye Labass-Diarrat. Il y a rencontré la victime, David Piché, et des insultes ont été proférées. À la sortie du bar, Mineau Simoneau et son ami ont frappé à quelques reprises la victime avant de prendre la fuite.

Dans le cadre du procès, les versions livrées par le plaignant, les témoins et le prévenu étaient contradictoires. Le juge Langelier a donc dû apprécier la crédibilité et la fiabilité de leur témoignages. Or, il n'a pas cru Alex Mineau Simoneau quand ce dernier prétend avoir donné deux petits coups de poing pour se défendre uniquement et mettre un terme à la bagarre qui avait éclaté entre David Piché et Moulaye Diarrat. Il n'a pas cru non plus l'entièreté des propos tenus par la victime lors du procès.

Par contre, il a accordé une grande fiabilité à un témoin externe de la bagarre qui a tenté de séparer les personnes impliquées et à un autre qui disait avoir entendu Mineau Simoneau se vanter d'avoir donné des coups de poing à un homme.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer