Affaire Vadeboncoeur: une décision le 19 novembre

Les quatre policiers accusés au criminel dans l'affaire... (Photo Archives: François Gervais Le Nouvelliste)

Agrandir

Les quatre policiers accusés au criminel dans l'affaire Alexis Vadeboncoeur.

Photo Archives: François Gervais Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Nancy Massicotte
Nancy Massicotte
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Après six jours d'audiences, l'enquête préliminaire des quatre policiers de Trois-Rivières, impliqués dans l'arrestation musclée d'Alexis Vadeboncoeur, est maintenant terminée.

Le juge Pierre-L. Rousseau a pris la cause en délibéré, vendredi, au terme des plaidoiries. C'est le 19 novembre qu'il fera connaître sa décision, à savoir si les quatre policiers seront cités à subir un procès et sous quels chefs le cas échéant. 

Marc-André Saint-Amant, Barbara Provencher, Dominic Pronovost et Kaven Deslauriers font face à plusieurs accusations en lien avec l'arrestation du jeune Alexis Vadeboncoeur, soit voies de fait armés, voies de fait causant des lésions corporelles, utilisation d'une arme à feu de manière négligente, tentative d'entrave en cachant l'existence d'une vidéo, avoir fait des faux documents, contrefaçon de documents et entrave à la justice en fabricant des faux rapports.

Au cours de l'enquête préliminaire, on a pu entendre huit témoins, dont la présumée victime, Alexis Vadeboncoeur, l'agent de sécurité du Cégep de Trois-Rivières qui a été témoin de l'arrestation, des membres de la Sécurité publique de Trois-Rivières, un expert en utilisation de la force et une infirmière du Centre de détention. En vertu d'une ordonnance de non-publication prononcée au tout début de cette enquête préliminaire, il nous est impossible de dévoiler le contenu des témoignages et de la preuve qui est présentée.

Dans le cadre des plaidoiries, les avocats des policiers ont notamment demandé au tribunal de libérer leurs clients de certaines des accusations qui pèsent contre eux, ce qui est contesté par la Couronne. L'enquête préliminaire a d'ailleurs pour but de déterminer si la preuve est suffisamment forte pour aller en procès.

Le 2 février 2013, les quatre policiers accusés avaient pris en chasse Alexis Vadeboncoeur qui venait de commettre un vol qualifié dans une pharmacie de Trois-Rivières, pour finalement l'intercepter dans la cour du Cégep de Trois-Rivières. Or, leur intervention avait été filmée par une caméra de surveillance. Sur celle-ci, on y voit les policiers asséner plusieurs coups de poing et coups de pied au jeune homme. Kaven Deslauriers et Marc-André Saint-Amant ont été congédiés depuis les événements. Les deux autres ont été suspendus sans solde par la Ville de Trois-Rivières.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer