Arrestation d'un présumé producteur de cannabis à Saint-Barnabé

La Sûreté du Québec a procédé à une... (Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

La Sûreté du Québec a procédé à une perquisition, jeudi, à Saint-Barnabé.

Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

La Sûreté du Québec a mené une perquisition, jeudi, dans une résidence de l'avenue de Saint-Thomas-de-Caxton, à Saint-Barnabé, en lien avec une plantation de cannabis. Alain Giguère, 63 ans, a été arrêté sur les lieux. Toutefois, en voyant les policiers, il a  pris la fuite à pied. Les agents l'ont rapidement intercepté.

«À la suite d'une enquête de quelques semaines, on a pu établir que le résidant de cette demeure entretenait une plantation extérieure de cannabis sur un terrain qui n'est pas le sien», explique le sergent Hugo Fournier, porte-parole de la Sûreté du Québec.

La plantation était située sur le bord de la rivière Yamachiche, non loin de la résidence perquisitionnée. De plus, en suivant un sentier de l'autre côté de la rivière, les policiers ont découvert trois gros baril remplis de cocottes de cannabis prêtes à la revente. Ils contenaient pas moins de 19 kilos de cocottes.

Il semble que Giguère allait porter le fruit de ses récoltes dans ces barils en traversant la rivière en kayak. Ses kayaks ont d'ailleurs été saisis à titre de biens infractionnels.

À l'aide d'un maître-chien, les policiers ont perquisitionné la résidence, mais aussi une remise et une roulotte. Du matériel de production de cannabis a été découvert ainsi que 87 grammes de haschich. Trois véhicules tout-terrain ont été saisis. L'un d'eux avait été volé. Quant aux deux autres, ils font l'objet d'une expertise. Ils pourraient aussi avoir été volés. Finalement, plusieurs centaines de dollars ont été trouvés sur l'indvidu.

Alain Giguère a comparu, jeudi après-midi, au palais de justice de Shawinigan. Il est accusé d'avoir produit du cannabis entre le 21 août et le 9 octobre. La Couronne s'est objectée à sa remise en liberté. Il reviendra devant la cour vendredi. Fait à noter, le suspect a une cause pendante qui date de 2010 pour une plantation de cannabis située pratiquement au même endroit.

Avec la collaboration de Nancy Massicotte

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer